Le jardin du peintre André van Beek : toute une vie de passion

Vous aimez les très beaux jardins ? Profitez du printemps pour mettre le cap sur l’Oise et plus précisément sur le village de Saint-Paul, à 6 km de Beauvais. Vous y trouverez le jardin d’André van Beek, un « Jardin remarquable » classé quatrième lors du concours « Le jardin préféré des Français », en 2014. C’est un lieu plein de charme et de poésie, comme une parenthèse fleurie au milieu du monde. Mais ce que j’y ai surtout aimé, c’est la rencontre avec André van Beek. Cet artiste peintre est un passionné total, j’oserais même dire un fou furieux…

Chaque printemps, ils replantent les plus de sept cents pieds de dahlias dans le jardin, mais à un autre endroit, pour avoir d’autres tableaux. Dingue, non ?

André van Beek entrain de peindre

André van Beek a beaucoup de chance. Parce qu’il a une passion. Parce qu’il a réussi à en faire son boulot, si on peut appeler ça ainsi… Et aussi parce qu’il a réussi à organiser toute sa vie et son univers autour de cette passion. Forcément, cela vous donne un homme serein et zen.

Je me suis assise dans un coin de son atelier, j’ai sorti mon bloc et plus d’une heure après, j’étais toujours là, à l’écouter raconter son histoire et parler de sa passion. Parce qu’une fois qu’il est lancé, difficile d’arrêter André van Beek dans le récit de sa vie et de cette envie, avant même d’entrer à l’école, de devenir artiste peintre.

André van Beek dans sa galerie - avec tableau nénuphars

« Je savais dessiner avant d’écrire », chuchote-t-il comme un secret.

Mais il faut parfois un peu de temps avant d’oser suivre son propre chemin. Ainsi, jusqu’à une trentaine d’années, André se contente de peindre le dimanche.

Puis, tout doucement, il lâche progressivement son activité professionnelle. Un jour par semaine, puis deux, puis trois, jusqu’au jour où il décide (avec sa femme, précise-t-il) d’arrêter l’entreprise familiale et de se lancer dans le grand bain.

Et le grand bain, c’est aussi de transformer son terrain et creuser un premier bassin.

Jardin André van Beek - vue bassin

Voilà 25 ans qu’André peint les hortillonnages d’Amiens mais aussi, parfois, à Giverny. Il aime ces hortillonnages au point de posséder sa propre barque (déjà un peu fou furieux… )
Il adore les berges fleuries comme de petits jardins, la brume du matin ou du soir, les nénuphars à la surface de l’eau…

Qu’à cela ne tienne. Début de l’an 2000, il fera creuser son premier bassin… suivi de six autres ! Au début, il fait visiter son jardin juste pour le plaisir. Puis, en 2006, il  décide d’accueillir le public de façon plus régulière et professionnelle. Avant d’obtenir le prestigieux label « Jardin remarquable » en 2011.

Jardin André van Beek - maison volets bleus

Alors, oui, il aime son jardin et le faire découvrir. Mais André van Beek n’oublie pas l’essentiel. S’il a conçu ce lieu hors du monde, c’est avant tout comme un outil pour sa peinture. Massifs floraux, bassins, ruisseaux, cascades, ponts, passerelles, tout a été créé en fonction des couleurs et des perspectives. Tout a été pensé pour être le plus visuel possible.

Si vous connaissez le jardin de Claude Monet, vous devriez vous exclamer, comme moi, un « oh, on dirait Giverny ! » devant ce point de vue.

Jardin André van Beek OIse - vue comme Giverny

Ce qui ne manquera pas d’énerver (même s’il essaye de ne pas le montrer) André van Beek. Oui, c’est vrai, c’est en Normandie qu’il a trouvé l’inspiration pour créer ce « tableau ». Mais non, ce n’est pas le pont de Giverny, qui est un pont japonais, vert. Le pont de Saint-Paul est un pont picard . Non mais !

Alors que trouve-t-on d’autre dans ce jardin vraiment remarquable ?

Des nénuphars, tous de collection et d’une quarantaine d’espèces, qui prennent leurs aises sur les bassins.

Des hydrangeas, des bleus, des blancs, des roses, de toutes formes et d’une cinquantaine de sortes.

Jardin André van Beek Oise - cabanon et hydrangeas

Des rosiers, des vivaces, des graminées, des arbres remarquables, des arbres fruitiers, un potager…

Des dahlias que les époux van Beek déterrent chaque année à la Toussaint, avant de les étiqueter et de les mettre à l’abri dans la réserve. Et vous ne savez pas quoi ? Chaque printemps, ils replantent les sept cents pieds dans le jardin, mais à un autre endroit, pour avoir d’autres tableaux. Dingue, non ?

Jardin André van Beek Oise - poules et dahlias

Même s’il peint aussi parfois les paysages alentour, de la baie de Somme à Étretat,  André van Beek croque avant tout son jardin. Toute l’année il fait des photos, ce qui lui permet de travailler (aussi) pendant l’hiver. Il réalise une trentaine de toiles par an. Qu’il expose et vend sur place dans sa galerie.

Jardin André van Beek - panneau galerie

Je ne sais pas si vous aimez ce genre de peinture réaliste. Perso, ce n’est pas mon genre préféré. Mais j’avoue que retrouver le très beau jardin sur toile et voir comment le peintre a emprisonné cette nature exubérante avec son pinceau a quelque chose de fascinant.

Le Jardin du peintre André van Beek en pratique

Jardin André van Beek Oise - entrée

1 rue des Auges, 60 650 Saint-Paul.
Entrée : 7 € adultes, gratuit -12 ans accompagnés.
Jardin ouvert du 1er mai au 31 octobre.
Du 1er mai au 30 juin et du 1er septembre au 31 octobre : vendredi, dimanche, lundi et jours fériés de 14 h à 19 h; samedi de 14 h à 17 h; les autres jours sur rendez-vous.
En juillet et août : tous les jours de 14 h à 19 h.
Jardin ouvert aux personnes à mobilité réduite, grâce à un parcours accessible aux fauteuils roulants (également toilettes handicapés).
Tél. 03 44 82 20 18.
www.andrevanbeek.com

La visite m’a été offerte par Oise Tourisme

Découvrez aussi Dans l’Oise, deux garçons vous transforment en designers

 

 

 

 

2 Commentaire(s)

  1. Très inspirant! Et quelle belle idée de faire partager sa passion au grand public!

    • Annetomczak07 Répondre

      En effet, ici, tout est passion, pour la peinture mais aussi pour le jardinage et les ambiances paysagères. Un passionné comme je les aime…

Laisser un commentaire

Navigate