musée

7 Posts Retour à l'accueil

À Compiègne, le musée Mémorial de l’Armistice en dix questions

Suite de ma récente balade dans l’Oise, avec une visite au musée Mémorial de l’Armistice de Compiègne, récemment rénové et agrandi. Non, non, je ne suis pas passionnée par l’histoire de la Première Guerre mondiale, loin de là. Tout juste ai-je étudié cette page d’histoire à l’école et en ai-je gardé en mémoire quelques souvenirs… Pourtant, je dois dire que ce lieu symbolique a vite fait de vous captiver. Grâce notamment à ce wagon, dont l’épopée sert de fil rouge tout au long de la visite…

À Calais, cinq sites incontournables et quelques adresses en prime

Voilà une ville que j’ai pris grand plaisir à redécouvrir ! Vingt ans après avoir quitté la Côte d’Opale, où j’ai vécu une dizaine d’années, je suis retournée à Calais pour un reportage et là, divine surprise ! Bon, je ne vais pas vous affirmer que la capitale de la dentelle a la beauté de Gand, ni le dynamisme commercial de Lille. Mais quand même… J’ai découvert une ville pleine d’atouts, dont on sent l’envie de bien faire. De bon augure au moment où arrive le Dragon de Calais, qui doit (re)lancer le développement touristique de la cité. Alors si vous comptez y aller prochainement pour découvrir la créature fantastique,  prévoyez d’y rester une journée entière… ou plus si affinités. 

À Lens, une expo Pologne… et deux et trois !

À part peut-être mes followers étrangers, qui peut ignorer qu’en cet automne 2019 le Nord/Pas-de-Calais fête le centenaire de la Convention d’immigration France-Pologne ? Pas grand-monde, tant le sujet est partout ! Parmi les événements organisés à cette occasion,  j’ai choisi de vous parler des trois expositions proposées à Lens. Une expo Pologne d’envergure au Louvre-Lens, une autre dans le pavillon de verre de ce même musée et une troisième à la Maison syndicale des mineurs. Trois expos complémentaires, très différentes et plus ou moins faciles d’accès…

Cité des Électriciens : une nuit et quelques heures pour sentir battre son cœur…

Bien sûr, j’aurais pu découvrir la Cité des Électriciens au moment de son inauguration. Mais j’ai préféré mettre le cap sur Bruay-la-Buissière un peu plus tard, histoire de la découvrir à mon rythme, loin de la foule des grands jours. Tranquillement et en mode immersion totale, en passant une nuit sur place, dans l’un des nouveaux hébergements. Vingt-quatre heures pour tout visiter mais surtout pour sentir battre le cœur de cette ancienne cité minière, où chaque brique est chargée d’histoire…

À Bruges, le musée Gruuthuse raconte des siècles de vie et d’art

En travaux pendant cinq ans, il vient de rouvrir ses portes. Le musée Gruuthuse de Bruges est un magnifique palais, construit par le seigneur Louis de Gruuthuse, éminent personnage du XVe siècle. Il raconte l’époque d’or des ducs de Bourgogne puis poursuit le récit jusqu’à la ville néo-gothique du XIXe. Une visite comme une grande leçon d’histoire, un peu barbante sur les bords ? Pas du tout ! Ce palais est comme une grande maison, pleine d’objets d’art mais aussi d’objets de la vie quotidienne. On y sent battre le cœur d’une cité qui, depuis le Moyen Âge, n’a de cesse de cultiver beauté et raffinement…

À Méru, sept raisons de découvrir le musée de la Nacre et de la Tabletterie

Voilà un musée dont j’entendais parler depuis un moment. Pas une rencontre avec des représentantes de l’Oise sans qu’elles m’incitent à découvrir le musée de la Nacre et de la Tabletterie de Méru. Ce que j’ai fait, l’autre jour, profitant d’un séjour chez mon frère qui habite (plus ou moins) dans le coin. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, le mot Tabletterie n’évoquant pas grand-chose pour moi… Eh bien, bonne surprise ! On est vite embarqué dans un monde aujourd’hui disparu mais qui a pourtant assuré l’activité de Méru pendant des siècles…

À Lille, cinq bonnes idées pour découvrir les plans-reliefs rénovés

Sept villes belges, six villes françaises et une néerlandaise. Quatorze plans-reliefs, qui représentent au total 400 m2 et 12 tonnes ! Cela n’a pas été une mince affaire que de rénover ces maquettes historiques exposées au Palais des Beaux-Arts de Lille. Quinze restauratrices (rien que des nanas…) ont bossé pendant dix mois pour leur donner une nouvelle jeunesse.
Les plans-reliefs sont désormais visibles au sous-sol du musée lillois, dans un environnement entièrement repensé. Nouvel éclairage, nouveau confort mais aussi quelques bonnes idées pour mieux apprivoiser ces « monstres de bois »… 

Navigate