Manger

7 Posts Retour à l'accueil

Vallée de la Lys : pédaler, pagayer et surtout se la couler douce

Il y a quelques jours, je vous racontais ma journée slow tourisme dans les Monts de Flandre, à la découverte du réseau points-nœuds vélo. Pas tout à fait une première puisque, la veille, j’avais déjà testé le nouveau réseau dans le secteur Flandre Lys. Testé et comment puisque la boucle d’une vingtaine de kilomètres prévue au départ en a finalement fait dix de plus ! Juste parce que j’avais la tête dans les nuages au lieu d’avoir les yeux sur les panneaux… Mais la Lys est bonne joueuse. L’après-midi, elle m’a permis de me la couler douce, en canoë et surtout en bateau électrique. À la base nautique d’Haverskerque, doucement rime avec ressourcement…

Les bonnes adresses roubaisiennes d’Anne-Sandrine Di Girolamo, blogueuse musique

Aujourd’hui, Plus au nord innove ! Voilà presque un an et demi que je vous donne mes bonnes adresses et je vais bien sûr continuer. N’empêche, même en me baladant très régulièrement ici et là, je ne pourrai jamais tout tester et vous parler de tout. J’ai donc décidé, une fois de temps en temps, de donner la parole à une habitante, qui vous livrera trois de ses bonnes adresses à elle. Une femme rencontrée au cours de mes tribulations et que j’ai envie de mettre à l’honneur. Pour cette première, Anne-Sandrine Di Girolamo, blogueuse en musique classique, nous emmène à Roubaix…

À Lille, La Griotte d’Éric Delerue, vraiment succulente !

Voilà un mois que j’attendais cette soirée. Une soirée entre amis pour tester La Griotte, la nouvelle brasserie contemporaine du chef Éric Delerue, dans le Vieux-Lille. Fin avril, juste avant l’ouverture, j’avais été invitée à découvrir Le Cerisier en ville, restaurant gastronomique, et sa petite sœur du rez-de-chaussée. Visite des lieux et excellent cocktail déjeunatoire. Mais était-ce suffisant ? Pas pour Plus au nord qui ne conçoit pas de conseiller une table, sans l’avoir testée. Comme un client lambda, en payant sa note et en donnant honnêtement son avis. Verdict ? Zéro faute et rapport qualité/prix au top !

It à Lille, pour manger vite, frais, bon et italien

It à Lille, c’est le petit self italien qui a changé ma vie parce qu’il coche toutes les cases, comme on dit maintenant. Quand je veux manger vite, c’est It. Quand je veux manger pour pas très cher, c’est It. Et quand je veux manger italien, c’est-à-dire de bonnes pâtes, c’est It. Même quand je veux boire un vrai café, c’est It. Autant dire que je pousse (assez) souvent la porte d’It à Lille, cette trattoria bien dans l’air du temps…

Le Bierbuik de Florent Ladeyn, à Lille : dix raisons de l’aimer

Qu’est-ce qui est rose à l’entrée et noir au fond ? Qu’est-ce qui fait courir les bobos, alors qu’on y mange sans assiette, (presque) à même les tables ? Et qu’est-ce qui est encensé par le Gault&Millau pour ses « divines frites au maroilles » et qui nourrit son homme pour moins de 10 € ? C’est le nouveau Bierbuik de Florent Ladeyn, ouvert fin mars, rue Royale, à Lille. Depuis que j’entends parler de cet estaminet nouvelle génération, j’avais hâte de m’y attabler. Ce que j’ai fait, l’autre jour, avec ma copine Françoise. Verdict : on a aimé, pour dix raisons.. au moins.

Au Jet Lag à Lille, nouveau resto-bar, décollage gustatif immédiat !

Une hôtesse se tient près de la porte du Jet Lag à Lille pour nous souhaiter la bienvenue. Le duty free est déjà loin. La soute déborde de valises. Je rêve devant les images d’une mer cristalline. Tandis qu’à travers les hublots, j’observe les nuages. Le gentil steward apporte nos plats. Quelques tapas suivis de spécialités du monde. Suis-je en business class sur un vol d’Air France ? Non, je n’ai pas quitté le plancher des vaches. Bienvenue au Jet Lag à Lille, le nouveau bar-restaurant de la rue Saint-André…

À Lille, le petit resto où on fait Ripaille, tout en se faisant plaisir

Il a ouvert ses portes en septembre 2017, dans la très gourmande rue des Bouchers à Lille. Ripaille est un petit resto d’une vingtaine de couverts, créé par Willy et Sandrine. On y fait ripaille bien sûr. Mais on y célèbre surtout les produits frais et de qualité du coin, mis en valeur par une cuisine de saison. La courte carte, qui change tous les mois, propose systématiquement une entrée végétarienne, une autre à base de poisson et une troisième à base de viande. Idem pour les plats, qui sont en général quatre. D’où l’idée du couple d’évoquer leur resto comme une « cantine multivore »… 

Navigate