À Château-Thierry, en visite chez notre (pas si) bon Jean de La Fontaine

Je vous ai promis un blog 100% honnête. Je ne vais donc pas vous mentir. Et vous vendre Château-Thierry comme une destination touristique folichonne. Je ne vous dis pas que c’est à fuir absolument non plus. Juste que le centre-ville est triste et qu’il y a d’autres petites villes beaucoup plus sympas. Ceci étant,  Château-Thierry détient tout de même une pépite. C’est la maison de notre bon Jean de La Fontaine. Pas si bon que cela d’ailleurs, comme on le découvre en visitant sa maison ou en arpentant la ville. Allez, on y va…

Quel numéro ce cher Jean ! Quel coureur de jupons aussi celui dont on a dit qu’il a été amoureux toute sa vie… mais jamais de la même femme !

S’il n’y a qu’un seul endroit à visiter à Château-Thierry, c’est bien celui-là. La maison de Jean de La Fontaine, sans doute la plus jolie du centre-ville. Une maison, que dis-je, un hôtel particulier plein de charme, transformé en musée.

Chateau-Thierry-Maison-Jean-de-La-Fontaine-exterieurÀ priori, c’est là que l’écrivain a vu le jour, la maison appartenant à sa famille depuis 1617. Je dis à priori car tout le monde n’est pas d’accord sur le sujet. Et même les acteurs touristiques donnent des versions divergentes. Ainsi, certains avancent qu’il serait né à la ferme de la Fontaine, non loin de là. 

Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’il a été baptisé à l’église voisine de  Saint-Crépin-hors-les-murs, le 8 juillet 1621. L’acte de naissance n’existant pas à l’époque, on suppose que Jean de La Fontaine est né le jour même ou peut-être la veille. 

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-acte-bapteme-ecrivain

Cet acte de baptême original est d’ailleurs conservé dans la salle du XVIIème du musée et c’est sans doute le document le plus émouvant présenté ici. Si vous n’arrivez pas à le déchiffrer, voici la retranscription en français d’aujourd’hui. 

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-texte-acte-bapteme

Ah non, il y a peut-être plus touchant encore, c’est cette lettre manuscrite signée de la main de La Fontaine. C’est donc ainsi qu’il écrivait ! Avec un D qui ressemble à un petit pont…

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-ecriture-ecrivain

Intime et émouvant aussi, le cabinet de travail de l’écrivain, au premier étage de la maison. Au sol, de très anciennes et belles tommettes, qui comptent parmi les éléments d’époque, comme les plafonds à la française. On rêve quelques instants dans ce bureau somme toute modeste et on se dit que c’est peut-être là que l’auteur a écrit La Cigale et la Fourmi, Le Corbeau et le Renard ou d’autres de ces fables que tous les écoliers connaissent par cœur. Même les cancres ! 

Après tout, Jean de La Fontaine a publié ses Fables en 1668 et n’a vendu la maison qu’en 1676…

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-bureau-ecrivain

Derrière la tapisserie, une porte, qui donnait autrefois sur l’escalier en colimaçon d’une tour, démolie après la vente de la demeure. Jean de La Fontaine, toujours fauché, n’a eu d’autre choix que de vendre la maison familiale à l’un de ses cousins.

On retrouve cette tour sur la maquette de la propriété telle qu’elle était au XVIIème siècle. 

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-maquette-autrefois

Ce que j’ai aimé aussi dans cette maison d’écrivain ? L’ambiance bourgeoisie de province qui règne dans les pièces de réception, la belle bibliothèque en chêne (d’après mes maigres connaissances en matière d’essences), les différentes statues qui habitent le musée et la petite cour où se poser un instant, sous les images d’Épinal.

À l’étage, une grande pièce dresse aussi une sorte d’inventaire des mille et un supports sur lesquels les Fables ont été représentées. 

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-exposition-objets

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-poele-bois-decore

 

 

On en retrouve même certaines sur ce poêle à bois, un Godin si mes souvenirs sont bons, preuve de l’immense succès rencontré par les Fables. Une sorte de revanche pour l’écrivain, dont la carrière avait quelque peu piétiné à ses débuts. Il est vrai que ses Contes licencieux, interdits par Louis XIV, l’avaient empêché d’entrer à l’Académie française jusqu’en 1684.

 

À voir aussi, les portraits de l’écrivain, dont ce fac similé de 1974 d’une œuvre signée Salvador Dali. 

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-portrait-ecrivain-Salvador-Dali

Ou ces illustrations des Fables, ici Le Héron. Une eau forte originale de 1952,  rehaussée à l’aquarelle par l’artiste, un certain Marc Chagall.

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine-Fables-illustrees

Au musée, par le biais de panneaux, ou en ville, j’ai bien aimé aussi en apprendre plus sur la vie de celui, dont on parle souvent comme de « notre bon Jean de La Fontaine ». Notre, je veux bien. Mais bon, là j’ai à présent un doute. Car quel numéro ce cher Jean ! Quel coureur de jupons aussi celui dont on a dit qu’il a été amoureux toute sa vie… mais jamais de la même femme !

Chateau-Thierry-musee-La-Fontaine-panneau-biographie

Ainsi, sa pauvre épouse, Marie Héricart, une jeune fille de bonne famille, épousée à l’âge de 14 ans et demi, n’a pas fait long feu. Marié en 1647, le couple se sépare de biens en 1659. Pas de divorce, impensable à l’époque, mais chacun chez soi. 

Chateau-Thierry-statue-Jean-de-La-Fontaine

Parmi les coups de cœur de l’écrivain, Marie-Anne Mancini, nièce de Mazarin et épouse du duc de Bouillon, seigneur de Château-Thierry. La dame, qui vivait dans ce château, à un jet de pierre de l’hôtel particulier de Jean de La Fontaine, introduit ce dernier à la Cour et sera la première lectrice des Fables…Mais c’est sans doute aussi elle qui a achevé de briser son mariage…

Chateau-Thierry-Aisne-chateau

Le musée Jean de La Fontaine en pratique 

Chateau-Thierry-Maison-La-Fontaine

12, rue Jean de La Fontaine, 02400 Château Thierry.

03 23 69 05 60.

musee-jean-de-la-fontaine.fr

 

Jusqu’au 31 octobre, ouvert tous les jours sauf lundi.

Du mardi au vendredi, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30.

Le samedi et dimanche, de 9 h 30 à 18 h.

Du 1er novembre au 31 mars, tous les jours sauf dimanche et lundi.

De 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30.

Adultes 4 €, enfants – 12 ans gratuit, personnes en situation de handicap gratuit, jeunes – 18 ans et étudiants 3 €.

Audio-guide 3 €. 

Découvrez aussi Sur la Route du champagne, quarante millions de bulles et moi et moi et moi…

 

 

 

2 Commentaire(s)

  1. Cet article m’a beaucoup fait rire ! Je crois que c’est votre honnêteté qui me touche plus que les destinations que vous me faites découvrir ! J’ajouterai volontiers la visite de ce musée à ma liste 🙂

Laisser un commentaire

Navigate