Sur la Route du champagne, quarante millions de bulles et moi et moi et moi….

Invitée à découvrir les richesses du sud de l’Aisne, j’ai consacré une partie de mon séjour à la Route du champagne. Car, le saviez-vous, 10% de la production de l’appellation contrôlée champagne vient de là-bas… dans les Hauts-de-France !
Direction Trélou-sur-Marne, aux confins de l’Aisne, pour un atelier « Autour du champagne » chez Dominique, de la Maison Fleury-Gille. En deux grosses heures, j’en ai appris des choses grâce à cette femme passionnée ! Alors, rien que pour vous, voici ce que j’ai retenu…

Combien de bulles dans une bouteille ? Vous ne vous êtes jamais posé la question ? Eh bien je vais quand même vous donner la réponse. Une bouteille peut libérer jusqu’à quarante millions de bulles ! Dingue, non ?

Dominique Fleury a une phrase fétiche, qu’elle a inscrite sur les marque-page qu’elle offre à ses visiteurs. « Boire est un besoin mais savoir boire est un art ». C’est cette jolie maxime de la Rochefoucault  qui sert de fil rouge aux ateliers « Autour du champagne ».
Comment acheter, choisir, servir, conserver, verser et déguster le vin des rois et roi des vins ? Voici la quintessence de ses conseils…

Dominique Fleury de la Maison de champagne Fleury-Gille

Comment choisir son champagne ?

Tout dépend à quel moment vous souhaitez le boire.

  • Pour l’apéro ou avec des crustacés, des coquillages ou du poisson, optez pour un brut nature (qui contient de 0 à 3 grammes de sucre par litre).
  • Choisissez aussi un brut ou un millésimé (plus mature) avec un plat qui a de la personnalité comme une volaille sauce crémée, un vol au vent, des champignons…
  • Si vous êtes plutôt un « bec sucré », préférez un demi-sec pour l’apéro (35 à 50 g de sucre). Il ira aussi bien avec des plats sucrés-salés ou avec la cuisine thaï.
  • Pour le dessert, Dominique préconise un rosé doux, comme son rosé d’Ispahan.
    Mais sachez qu’un champagne doux contient plus de 50 g de sucre par litre !

Deux flûtes de champagne rosé

Comment lire l’étiquette ?

Tout un tas de mentions sont obligatoires sur l’étiquette et la contre-étiquette ! Voici celles qui pourront vous servir…

  • Avant tout, vous devez y trouver le nom de l’appellation contrôlée Champagne.
  • Les lettres RM (récoltant manipulant), NM (négociant manipulant), RC (récoltant coopérateur), CM (coopérative de manipulation), ND (négociant distributeur) et MA (Marque d’acheteur) indiquent qui a fabriqué le produit… ou pas. Préférez le récoltant manipulant qui possède ses vignes et a réalisé le produit de bout en bout, gage de qualité.

Verre de champagne

Les grandes maisons de champagne sont souvent négociants manipulant (NM) car elles achètent leur raisin à des vignerons mais font elles-mêmes leur vin.

En revanche, les négociants distributeurs (ND) et marques d’acheteurs (MA) ne fabriquent aucunement leur champagne.

  • La mention et le logo « Vigneron indépendant » sont facultatives et ne figurent que sur les bouteilles produites par un vigneron adhérant à cette association. Là aussi, un gage d’authenticité et de savoir-faire.
  • Si le champagne est millésimé (issu d’une seule et même récolte), l’année doit figurer sur la bouteille mais aussi sur le bouchon.
  • La teneur en alcool doit également figurer sur l’étiquette. Selon la loi, elle doit être comprise entre 10 et 13°.

Faut-il marier champagne et fromage ?

Pour Dominique, la réponse est oui, mille fois oui ! Car l’acidité et la légèreté du champagne contribuent à équilibrer le gras et le côté salé du fromage. En plus, l’effervescence du vin pétillant permet de dégraisser le palais.

  • Le champagne brut se mariera avec du brie, du saint-félicien, du brillat-savarin, du chèvre, du chaource, du cantal ou du mont d’or.
  • Un millésimé ira très bien avec du morbier, du laguiole, du comté vieux ou du cantal vieux…
  • Un demi-sec complètera les pâtes persillées type roquefort ou bleu d’Auvergne et les tommes de brebis.
  • Un champagne rosé sera parfait avec du maroilles, du salers, du livarot, du pont-l’évêque…

Atelier de dégustation de champagne à la Maison Fleury-Gille à Trélou-sur-Marne

Dans quoi boire le champagne ?

Oubliez bien sûr les flûtes et verres en plastique, qui empêchent les bulles de se créer.
Mais oubliez aussi les coupes héritées de nos grands-mères ! Pourquoi ? Parce que la hauteur est insuffisante pour que les bulles « travaillent ».

Préférez les flûtes ou, mieux encore, les verres hauts resserrés au sommet pour conserver les arômes. Comme celui-ci…

Pendant le cours champagne de Dominique Fleury à Trélou-sur-Marne

Dans ces verres, ne remplissez jamais plus des deux tiers, histoire que les arômes puissent se développer. À défaut, préférez des verres à vin rouge plutôt que des coupes. S’ils sont en cristal, c’est encore mieux !

Et on ne met jamais les verres à champagne au lave-vaisselle : le produit de rinçage va lisser les parois et empêcher la formation des bulles. Comme on ne les range jamais dans une boîte en carton, qui donnera son goût au vin.

Champagne maison Fleury-Gille

 

À quelle température boire le champagne ?

  • Un champagne jeune (environ trois ans de maturation chez le vigneron) à 8 degrés
  • Un millésimé à 12 °
  • Un demi-sec ou un doux à 8°.

Pour obtenir la température idéale, laissez votre champagne dans une (bonne) cave, couché, à l’abri de la lumière. Sinon, plongez-le 20 minutes dans un seau avec de l’eau et des glaçons. Ou mettez-le dans le bac à légumes du réfrigérateur. En tout cas, on ne met JAMAIS, au grand jamais, son champagne au congélateur !

Quand le consommer ?

Bouchons de champagne de la Maison Fleury-Gille dans l'Aisne

 

De préférence, dans les deux ans après l’achat car une fois que le champagne a son bouchon en liège, il vieillit et commence à perdre ses arômes. On n’achète donc pas son champagne aujourd’hui pour le mariage de fifils dans cinq ou dix ans !

 

Et le mythe de la petite cuillère ?

C’est un mythe justement ! Cela ne sert strictement à rien, comme l’ont prouvé des études réalisées pour le comité interprofessionnel des vins de champagne. Il vaut mieux reboucher la bouteille avec un bouchon bien hermétique.

Combien de bulles ?

Vous ne vous êtes jamais posé la question ? Eh bien je vais quand même vous donner la réponse. Une bouteille peut libérer jusqu’à quarante millions de bulles ! Dingue, non ?

Dominique Fleury de la Maison Fleury-Gille de Trélou-sur-Marne versant du champagne

Les ateliers en pratique

« Autour du champagne », les clés de la dégustation

Atelier de deux heures (10h/12 h ou 15 h/17 h ou 17 h/19 h) animé par Dominique Fleury.

Pour 4 à 12 personnes, sur réservation.

Prix : 30 €/personne de 4 à 6 participants, 25 € de 7 à 12.

Cours autour du champagne à la Maison Fleury-Gille à Trélou-sur-Marne

« Champagne et fromage »

Également atelier de deux heures, sur réservation. Dégustation de quatre cuvées différentes de champagne Fleury-Gille et de deux fromages par cuvée.
De 4 à 6 personnes, 48 € par participant, de 7 à 12 personnes, 38 €.

Atelier familial sur les cinq sens

Pour les enfants de 7 à 11 ans qui ne peuvent pas (encore) boire de champagne. Une expérience à partager en famille. Sur réservation uniquement. De 4 à 5 personnes, 20 € par participant. De 6 à 8 personnes, 15 €.

À la Maison vigneronne, 23 rue Pascal,  Courcelles, 02850 Trélou-sur-Marne.
Tél. 03 23 70 83 99 ou 06 25 48 18 91.
www.champagne-fleury-gille.fr

J’ai été invitée par l’agence Aisne Tourisme.

Découvrez aussi Au château de Condé-en-Brie, deux heures très très romanesques

 

 

 

 

 

5 Commentaire(s)

  1. Agnes Angelini Répondre

    Merci pour cette passionnante découverte sur l’art de déguster le champagne !!

    • Annetomczak07 Répondre

      Déguste, déguste, Agnès, c’est bon pour le moral et cela fait pétiller la vie…

Laisser un commentaire

Navigate