En Pologne, Gdansk, l’élégante de la Baltique

Voici le dernier épisode de mon voyage en Pologne, sur les bords de la Baltique. J’ai gardé le (tout) meilleur pour la fin, je veux parler de la superbe ville de Gdansk. Je savais que cette fille de la Baltique était élégante et très bien restaurée. J’ai découvert une vraie perle, belle en diable avec ses façades colorées, carrément ensorceleuse, assise sur l’embouchure de la Vistule… Du coup, je vous ai concocté un petit diaporama, histoire de vous montrer un maximum de photos. Mais, bien sûr, le mieux reste encore d’y passer quelques jours, afin d’en prendre plein les yeux !

C’est donc là, dans cet immeuble que l’emblématique Lech Walesa a vécu, jusqu’en 1984 je crois. Son prix Nobel de la Paix, qui lui a rapporté 1 million de dollars, lui a permis de déménager ensuite dans le résidentiel quartier d’Oliva. 

 

Je vous l’accorde. Le temps radieux que j’ai connu à Gdansk était un atout de poids pour la belle. Ciel bleu azur, soleil venant jouer avec les motifs ornementaux dorés comme avec les perles d’ambre, tout était réuni pour nous faire tomber amoureux de Gdansk !

 

 

Commençons donc par le début, par ce qu’on appelle la Ville principale. L’artère à ne surtout pas manquer est cette Voie royale composée de deux rues qui se succèdent : la rue Longue (ul. Dluga) et le Long-Marché (Dlugi Targ). C’est là que se concentrent une bonne partie (mais pas tout, heureusement !) des beautés de Gdansk. 

On entre dans la rue Longue par la Porte dorée, une construction Renaissance de 1612, surmontée de statues allégoriques, juste à côté du Musée de l’ambre (que je n’ai pas eu le temps de visiter). 

Pologne Gdansk Porte doree exterieur

Dès l’entrée, c’est une succession de belles maisons à pignons, aux façades colorées, sièges d’anciennes corporations de métiers ou résidences d’influentes familles. Toutes ont retrouvé leur lustre d’antan, toutes rutilent sous le soleil, affichant fièrement la riche ornementation qui devait dire la richesse et la puissance de leurs propriétaires. 

Pologne Gdansk Porte doree interieurOn passe devant l’élégante maison Uphagen, un riche marchand d’origine flamande, on longe l’hôtel de ville de la Ville principale et on débouche sur l’entrée du Long-Marché, davantage place que rue. 

Pologne Gdansk hotel de ville et fontaine NeptuneJ’ai particulièrement aimé cette place et sa fontaine de Neptune, qui donne à l’ensemble un petit air romain (je pense bien sûr à la piazza Navona et ses trois somptueuses fontaines). C’est le cœur battant de la ville, avec toujours de baroques façades peintes et décorées parfois de festons. 

Pologne Gdansk place avec fontaine NeptuneÀ quelques pas de là, au numéro 41 du Long-Marché, la Maison dorée. Construite elle aussi par un riche marchand, également maire de la ville, elle est couronnée par une statue de la déesse Fortune. On dit que c’est la plus belle maison de la ville. Moi je trouve qu’elle fait un peu pièce montée de mariage, parfum vanille, non ? 

Pologne Gdansk maison doreeOn passe ensuite la porte Verte et on débouche sur les quais, le long de Stara Motlawa. Quelques pas et, à gauche, s’ouvre la rue Mariacka. Entrez-y et flanez-y quelques minutes. C’est une rue emblématique du vieux Gdansk, pittoresque en diable. Difficile de deviner qu’elle a presque été rasée pendant la guerre. Tout a été reconstruit à l’identique, entre gargouilles, grilles en fer forgé et petits perrons.

Pologne Gdansk rue Mariacka

C’est là, notamment, qu’on trouve pas mal de magasins vendant de l’ambre. Vous le savez sans doute, l’ambre est l’une des richesses de Gdansk. Cette résine de sapin pétrifiée, 40 millions d’années au compteur, est tirée du sous-sol, en bord de mer.  Les Chinois et les Japonais adorent ces bijoux en ambre (certains sont faits avec une matière première venant de Russie et non de Pologne), dont on dit qu’ils portent chance. Et aussi qu’ils ont des vertus médicinales… surtout si on mélange de tout petits bouts d’ambre à de… l’eau de vie ! Mais si vous craquez pour un collier en ambre, surtout demandez un certificat d’authenticité car il n’est pas rare de croiser des faux, surtout dans la rue. 

Pologne Gdansk colliers ambreAu bout de la rue Mariacka, poussez la porte de la basilique Notre-Dame, plus grande église en brique au monde. Parmi ses joyaux, l’horloge astronomique de Hans Düringer, datant du XVème siècle. À voir notamment, le théâtre animé de personnages, comprenant les douze apôtres, les quatre évangélistes, les rois mages et la mort avec sa faux. À voir aussi une très émouvante pietà en pierre, de 1410.

Pologne Gdansk basilique Notre Dame horloge astronomiquePologne Gdansk basilique Notre Dame pieta

 

 

 

 

 

 

Petit demi-tour et retour le long des quais. On longe toujours Stara Motlawa, l’un des bras qui entourent l’île aux Greniers, et on arrive à mon bâtiment préféré à Gdansk, la fameuse grue en bois. 

Je ne sais pas pourquoi mais j’adore cet ancien monte-charge médiéval, dont le boulot était (pendant 250 ans quand même) de charger et décharger les marchandises des bateaux.  Sans doute sa silhouette très photogénique, très « instagramable » surtout de loin…

Pologne Gdansk grue vue de presÀ deux pas de là, le SS Soldek, premier navire sorti des chantiers navals Lénine de Gdansk, devenu bateau-musée rattaché au Musée maritime central.

Pologne Gdansk vue quai avec bateau SoldekOn continue à avancer et voici le nouveau Musée de la Seconde Guerre mondiale, ouvert depuis mai 2017, dont la silhouette futuriste semble jaillir de terre.

Pologne Gdansk nouveau musee Deuxieme Guerre mondiale exterieurEn fait, il faut s’enfoncer à 14 mètres sous terre pour découvrir ses collections, qui s’intéressent aussi bien à la période d’avant-guerre qu’au conflit lui-même et à la période après-guerre. Un musée immersif, qui plonge le visiteur dans une succession d’ambiances, outre les documents, films et autres objets présentés.

Pologne Gdansk nouveau musee Deuxieme Guerre mondiale interieurPologne Gdansk nouveau musee Deuxieme Guerre mondiale decor ruePour finir, je vais vous envoyer dans un quartier HLM. Bizarre ? Pas vraiment puisque c’est là, à Zaspa, qu’a vécu, pendant longtemps, Lech Walesa, à l’origine du syndicat libre Solidarnosc et futur Président de la République…

Non, non, ne dites pas que c’est introuvable. Je vais vous expliquer comment y aller. Vous allez à la gare centrale et vous prenez le tramway n°8. Vingt-cinq minutes environ de route et vous descendez à la station Zaspa, du nom du quartier.

Pologne Gdansk quartier Zaspa immeuble WalesaC’est donc là, à la porte D de cet immeuble que l’emblématique Lech Walesa a vécu, jusqu’en 1984 je crois. Son prix Nobel de la Paix, qui lui a rapporté 1 million de dollars, lui a permis de déménager ensuite dans le résidentiel quartier d’Oliva. Mais ne soyons pas mauvaise langue non plus. L’initiateur du premier syndicat libre a offert une partie de ses gains à l’hôpital local et aux chantiers navals (ou à l’hôpital des chantiers navals, je ne sais plus trop…)
Une fresque, réalisée sur un pignon, lui rend d’ailleurs hommage. De près, on ne voit pas trop de quoi il s’agit. Mais plus on s’éloigne et plus on reconnaît la bouille de l’homme. Assez magique…

Pologne Gdansk quartier Zaspa fresque WalesaSinon, depuis le début des années 2000, d’autres fresques sont créées chaque année dans le quartier, par des artistes de street art. Plus d’une quarantaine ont ainsi été réalisées, dont certaines vraiment très réussies. Elles forment une véritable galerie d’art monumentale en plein air… Voici ma préférée, plus jolie encore sur un ciel bleu…

Pologne Gdansk quartier Zaspa fresque galerie art monumentaleCôté table

Si vous cherchez un restaurant, le long des quais, voici une jolie adresse à deux pas du Musée de la Seconde Guerre mondiale. Corrèze propose un mélange vraiment très réussi de saveurs françaises et polonaises, comme je les aime.

Pologne Gdansk restaurant Correze autre plat

Pologne Gdansk restaurant Correze platLe tout dans un cadre contemporain, un brin chic et complètement au goût du jour. L’un des restos que j’ai préférés pendant ce voyage à Gdansk et ses environs. 

Notez bien l’adresse 

Corrèze, ul. Stara Stocznia 2/7, Gdansk.

www.correze.pl

Pologne Gdansk restaurant Correze interieur

Gdansk en pratique

  • À noter que la Tourist Card permet l’entrée dans de nombreux monuments et musées et donne droit aux transports publics à Gdansk.  Elle coûte 120 zlotys pour 24 heures et 185 zlotys pour 72 heures. 
  • Pour aller à Sopot, le mieux est de prendre le train. Le voyage prend environ 20 minutes et la vue est superbe. 

Pour surfer

www.gdansk.pl  (site en anglais)

www.pologne.travel (site en français) 

http://muzeum1939.pl (site en anglais)

J’ai été invitée par l’Office polonais du tourisme, l’Institut polonais et la compagnie aérienne nationale polonaise LOT.

Découvrez aussi À Gdansk, un musée Solidarnosc super passionnant 

Découvrez aussi Sopot, la Deauville polonaise sur la Baltique, où j’ai eu chaud, si chaud…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Navigate