Au Touquet, avec Les Cimaises, le Westminster revisite avec classe l’esprit brasserie

Voilà un moment que je souhaitais vous parler de la brasserie Les Cimaises, l’une des tables de l’hôtel Barrière Le Westminster au Touquet. Parce que c’est un endroit que nous fréquentons, en famille, lors de nos séjours sur la Côte d’Opale. Mais aussi parce que j’aime beaucoup cet établissement prestigieux, le dernier des hôtels de luxe de la grande époque de l’Entre-Deux-Guerres. Pour tout vous dire, j’ai d’ailleurs consacré un livre à ces Années folles au Touquet, édité en 2000 et réédité en 2012. J’ai creusé le sujet pendant des années et c’est toujours avec plaisir que je retourne au Touquet…

Je viens de voir sur son site que l’hôtel Westminster fermera ses portes pour d’importants travaux à partir du 1er décembre 2019. Pourvu qu’ils conservent l’esprit Art Déco, qui fait tout le charme du lieu. Car même s’il est propriété du groupe Barrière, Le Westminster appartient un peu à tous les Touquettois…

Vous le savez peut-être, je vis à Lille depuis une vingtaine d’années. Mais avant cela, j’ai pas mal bourlingué et j’ai notamment habité une petite dizaine d’années à Étaples-sur-Mer. C’est à cette époque que je me suis intéressée au Touquet et à sa rocambolesque histoire. Au point d’en faire un livre, Les Années si folles de Paris-Plage. 

Le Westminster dans mon livre

Paru en 2000, il est épuisé depuis des années. On peut en revanche toujours trouver la version remaniée et allégée, Le Touquet : Les Années si folles de Paris-Plage, parue en 2012. Il est (notamment) en vente (au prix de 6,90 €) sur editions.lavoixdunord.fr (dans la rubrique Les Éditions La Voix puis Secrets du Nord).

Le-Touquet-Les-Annees-si-folles-de-Paris-Plage-Anne-Tomczak

Dans les années 30, les deux fleurons de l’hôtellerie touquettoise étaient Le Royal Picardy et L’Hermitage. Le premier, une vraie folie architecturale, a été démoli, tandis que le second a été transformé en appartements. Aujourd’hui, il ne reste donc que l’hôtel Westminster, repris ces dernières années par le groupe Barrière.

Construit en 1924 puis immédiatement agrandi deux ans plus tard par l’architecte Bluysen, le Westminster doit avant tout son cachet à sa façade de 130 mètres de long et à son entrée monumentale.

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-exterieur

Dans la presse de l’époque, il est présenté comme « Un home de distinction dans un cadre enchanteur », avec ses 250 chambres et autant de salles de bain. Mais aussi comme « le plus abordable des palaces ». Forcément, à côté du Royal Picardy et de L’Hermitage…

Passés par le West…

Quelques grands noms avaient l’habitude de descendre au West (pour les intimes), comme l’Aga Kahn, le prince Osman Fuad de Turquie, le prince de Galles ou le Maharaja de Kapurthala. On retrouve d’ailleurs leur portrait, avec beaucoup d’autres, dans la galerie photo, qui orne le couloir. 

Le-Touquet-Westminster-galerie-photos

Mais selon les mauvaises langues de l’époque, l’hôtel Westminster a surtout accueilli les maîtresses des aristocrates… descendus avec leur épouse légitime à l’Hermitage ! Je n’étais pas là à l’époque mais je veux bien croire à cette version un brin osée et plutôt romanesque…

Le-Touquet-Westminster-salon

Ce que je peux vous dire en revanche avec certitude, c’est que c’est ici qu’a été tourné une partie du film Embrassez qui vous voudrez. Réalisé par Michel Blanc, il est sorti en 2002. Avec toute une brochette de super acteurs, dont Jacques Dutronc, Carole Bouquet, Charlotte Rampling et Karin Viard notamment… L’une des scènes d’anthologie a été tournée ici, au bar de l’hôtel… Un rien suranné mais très classe.

Le-Touquet-Westminster-bar

Du côté des Cimaises

Sinon, j’adore le hall de l’hôtel Barrière Le Westminster, avec ses ferronneries et son magnifique ascenseur d’époque… à gauche duquel on grimpe quelques marches pour accéder aux Cimaises.

Le-Touquet-Westminster-ferronneries

Le-Touquet-Westminster-entree-et-ascenseur

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-argenterieVerrière au plafond, lustre central signé Starck, appliques et ferronneries très Art Déco, la brasserie Les Cimaises n’est pas aussi raffinée que le restaurant étoilé Le Pavillon. Mais elle dégage un petit je ne sais quoi d’élégant qui rappelle l’époque dorée du Touquet. 

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-vue-table

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-table

La cuisine est ouverte sur la salle et les plats proposés sont concoctés par le chef étoilé William Elliott du Pavillon voisin.

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-vue-salle

Buffets à volonté… mais pas « all in »

Grande gourmande devant l’Éternel, j’appartiens forcément à une famille de gourmands/gourmets… Aux Cimaises du Westminster, nous apprécions donc la formule avec buffet d’entrées et buffet desserts, à prendre avec ou sans plat entre les deux. Formule buffets mais surtout pas esprit « all in », quelle horreur !

Ma maman a beau dire que le buffet d’entrées n’est plus ce qu’il était, il reste quand même tentant. Voici, pour exemple, l’assiette remplie par Madame ma mère lors de notre dernier passage. La première je pense car il y a bien dû y en avoir une autre…

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-entree

Ce jour-là, ceux qui ont opté pour la formule Les Cimaises, ont ensuite pu se régaler d’un magret de canard, accompagné (notamment) de purée de patates douces. 

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-magret-canard

Personnellement, j’ai préféré prendre à la carte un ris de veau, macaroni farcis aubergine, pousses d’épinards et jus infusé sarriette. Mon papa nous avait dit de nous faire plaisir, je l’ai donc écouté… Et je n’ai pas regretté. Une vraie tuerie ce ris de veau, énorme, cuit comme il faut et accompagné de manière plutôt originale…

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-ris-de-veau

L’un de mes neveux a choisi le thon, artichaut poivrade, avocat, chorizo Bellotta et vinaigrette vierge, que voici…

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-thon

Je n’ai pas photographié les autres plats, dévorés pendant que je savourais le mien. Mais voici tout de même le buffet des desserts, avant le passage du premier client… et de notre petite tribu !

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-buffet-desserts

Le-Touquet-Cimaises-Westminster-desserts

Demain, un autre Westminster ?

Je viens de voir sur le site hotelsbarriere.com que l’hôtel Westminster fermera ses portes pour d’importants travaux à partir du 1er décembre 2019. Renseignements pris, il sera fermé jusqu’au 31 mai 2020.
Affaire à suivre donc dès la fin du printemps. Mais pourvu qu’ils conservent l’esprit Art Déco, qui fait tout le charme du lieu. Car même s’il est aujourd’hui propriété du groupe Barrière, Le Westminster appartient un peu à tous les Touquettois. Et aux amoureux de la station aussi…

Le-Touquet-Westminster-W-ferronnerie

Les Cimaises de l’hôtel Barrière Le Westminster en pratique  

Avenue du Verger, Le Touquet

03 21 05 48 48

hotelsbarriere.com

Formule Aquarelle (buffet d’entrées, buffet desserts et une boisson, 36 €), formule Les Cimaises (buffet entrées, plat et buffet desserts, 45 €). 

Ris de Veau & cie 49 €

Thon & cie 35 €.

Nous avons payé nous-mêmes (enfin mon papa…)  l’ensemble du repas. 

Découvrez aussi À Montreuil-sur-Mer, flânerie bucolique sur les remparts…

Laisser un commentaire

Navigate