Musée Matisse du Cateau, 9 bonnes raisons d’y courir

Envie de couleurs, de lumière et d’émerveillements ? Filez au musée Matisse, au Cateau-Cambrésis. Là, au milieu d’une campagne émeraude, c’est un véritable bain de couleurs qui vous attend. Matisse y déploie ses somptueuses couleurs, aussi chatoyantes que les tissus fabriqués naguère sur place. Herbin y marie teintes éclatantes et formes géométriques. La donation Tériade y apporte un peu de la lumière du sud. Quant à l’expo temporaire « Tout va bien monsieur Matisse », prolongée jusqu’à fin 2021, elle célèbre l’enfant du pays, déployant un art coloré et personnel. Autant de raisons de (re)découvrir le musée Matisse…

J’ai longtemps pensé qu’Henri Matisse était un peintre… et rien que cela. Erreur, terrible erreur ! L’homme du Nord, véritable boule à facettes, a en effet touché à bien d’autres domaines…

1. Parce que le musée présente la collection personnelle de Matisse, rien que ça !

Quatre-vingt-deux œuvres, de la jeunesse à la maturité, voilà l’immense cadeau fait par Henri Matisse à sa ville de naissance. Nous sommes en 1952, deux ans avant la mort du peintre, qui vit à Nice. Très malade, il doit sentir que le moment est venu d’envisager « l’après » et offre donc au Cateau sa collection personnelle. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-

Ces œuvres, qui l’ont suivi toute sa vie, constituent la base du musée, installé d’abord dans la salle des mariages de l’hôtel de ville. Matisse ne se contente pas de les offrir. Il veille aussi à leur présentation et établit lui-même le plan d’accrochage. 

Trente ans plus tard, en 1982, le musée Matisse sera transféré au Palais Fénelon, ancienne résidence secondaire des archevêques de Cambrai. Avant un agrandissement en 1992.

Musee-Matisse-Le-Cateau-facade-Lalais-Fenelon

Et ce n’est pas fini puisque d’importants travaux d’extension sont prévus pour bientôt, à partir de janvier 2022 si tout va bien. Le musée Matisse prendra ses aises dans l’ancien marché couvert, situé juste à côté. Plus de 1000 m2 pour présenter les collections actuelles, les œuvres de Matisse achetées récemment mais aussi celles d’autres artistes. Hâte de voir tout cela !
Photo Autoportrait Matisse

2. Parce que le musée montre que Matisse est une véritable boule à facettes ! 

J’ai longtemps pensé qu’Henri Matisse était un peintre… et rien que cela. Erreur, terrible erreur ! L’homme du Nord, véritable boule à facettes, a en effet touché à bien d’autres domaines. La preuve avec ces sculptures, dessins, maquettes de vitraux, livres illustrés, également légués au Cateau. Ainsi, cohabitant ici avec un bronze, le monumental Tahiti II, chef-d’œuvre du musée, est un carton destiné à la réalisation d’un tapis.

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-sculpture-de-femme-devant-Fenetre-a-Tahiti-ou-Tahiti-II©Fenêtre à Tahiti ou Tahit II, Nice, 1936. Gouache et Tempera sur toile. Donation de l’artiste, 1952

À découvrir également, les gouaches découpées, que Matisse utilisait pour travailler le vitrail. J’aime beaucoup celle-ci, intitulée Jazz. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Jazz©Jazz, Paris, Tériade, 1947. Donation Alice Tériade, 2000

Parmi les œuvres originales présentées, une série de 64 dessins et gravures aussi, rassemblés dans un cabinet dédié. Aujourd’hui encore, ils sont disposés selon les indications de l’artiste.

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-dessins

3. Parce que le musée suit pas à pas le parcours de Matisse, sans nous perdre en chemin

Le parcours artistique de l’enfant du Cateau n’a pas vraiment été un long fleuve tranquille ! J’ai donc apprécié la présentation chronologique du musée Matisse. Elle permet de découvrir cette œuvre riche et protéiforme, en suivant le cheminement de l’artiste, au fil des périodes et des styles.

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Bouquet-de-Marguerites©Bouquet de Marguerites, vers 1895, huile sur toile. Donation Marie Matisse, 1982

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-deux-sculptures

Après des études de droit et un boulot de clerc de notaire, l’homme trouve enfin son chemin. Il découvre les joies de la peinture grâce (si on peut dire) à une appendicite. Il prend des cours de dessin à Saint-Quentin puis à Paris, aux Beaux-Arts. Et copie les grands maîtres, comme le montre une salle du musée. Avant de s’affranchir, peu à peu, des influences classiques. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Nu-dans-l'Atelier©Nu dans l’atelier, vers 1899, huile sur toile. Donation Marie Matisse, 1982

Au fil du temps, au fil des œuvres…

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Premiere-Nature-Morte-Orange©Première Nature morte orange, 1899, huile sur toile. Dépôt du Centre Pompidou Paris, Musée national d’Art moderne/ Centre de Création industrielle, 2002

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-L-Allee-a-la-Riviere©L’Allée à la Rivière, 1903, huile sur carton marouflé sur toile. Acquisition avec le concours du Fonds régional d’Acquisition pour les Musées et du Fonds du Patrimoine, 2005

Il avancera dès lors sur son propre chemin, écoutant ses émotions et les transformant en couleurs. Entretemps, il a découvert le Sud et ses intenses lumières et ça, ça changera tout !

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Collioure-rue-du-Soleil©Collioure, rue du Soleil, Été 1905, huile sur toile. Acquisition avec le concours du Fonds régional d’Acquisition pour les Musées et du Fonds du Patrimoine, 1996

Académique puis figuratif, maniant les couleurs sombres avant de devenir le chef de file du Fauvisme, Matisse ira de plus en plus vers une simplification extrême. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-des-dessins

Tiens, regardez cette série de quatre plâtres (les bronzes, sauf un, sont au Centre Pompidou). Ils montrent à eux seuls combien Matisse tend vers l’épure, jusqu’à transformer cette femme, vue de dos, en une sorte de tronc.

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Dos-I-II-III-et-IV©Dos I Nu de Dos Premier État 1909, Dos II Nu de Dos Deuxième État 1913, Dos III Nu de Dos Troisième État 1916 et Dos IV Nu de Dos Quatrième État 1930. Bas-reliefs, plâtres originaux. Don Famille Matisse, 2004

4. Parce que le musée montre combien l’univers du textile a influencé Matisse

Si son père était grainetier, Henri Matisse est issu d’une lignée de tisserands. À Saint-Quentin, il prend des cours de dessin à l’école Quentin-de-La-Tour, qui forme au dessin textile. Pas étonnant donc que l’enfant du Cateau ait largement  été influencé par cet univers du textile, comme le met en évidence une salle du musée. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Jeune-Femme-a-la-Pelisse-fond-Rouge©Jeune Femme à la pelisse, fond rouge, 1944, huile sur toile. Donation Alice Tériade, 2000

Il collectionne les textiles, accessoirise son intérieur et fait du tissu le sujet de plusieurs toiles. 

J’aime beaucoup ce portrait de jeunes filles, qui semble avoir été peint juste pour faire admirer des robes aux couleurs chatoyantes…
Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Deux-Jeunes-Filles-La-Robe-Jaune-Et-La-Robe-Ecossaise©Deux Jeunes Filles, la robe jaune et la robe écossaise, Nice, novembre 1941, huile sur toile. Dépôt du Centre Pompidou Paris, Musée national d’art moderne / Centre de Création industrielle, 1996

5. Parce que c’est un musée ancré dans la vie,
pas un lieu pour intellos 

La palette de couleurs de l’artiste, son violon, la salle à manger qu’il a imaginée et décorée pour la Villa Natacha de l’éditeur d’art Tériade (lire plus bas), le musée Matisse fait la part belle aux objets de la vie. Pas besoin d’avoir un diplôme d’histoire de l’art pour arpenter les salles du Palais Fénelon !
Musee-Matisse-Le-Cateau-salle-a-manger-Teriade

La vie qui passe, la mort, l’amour… Le jour de ses 80 ans, Matisse décide d’esquisser le portrait de ses trois petits-enfants, sur le plafond de sa chambre, à Nice. Un fusain accroché à une canne de 2 mètres et le voilà qui dessine sur le plâtre… C’est un peu maladroit (forcément !) mais c’est tellement touchant…

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-plafond-trois-petits-enfants

6. Parce qu’on y prend un bain de couleurs et de lumière 

Pas besoin d’un grand discours pour vous prouver que visiter le musée Matisse, c’est avant tout s’enivrer de couleurs et de lumière. Découvrant le Sud, sa luminosité et ses teintes éclatantes, il captera mieux que personne ces ambiances méridionales. C’est Nice, c’est Collioure, c’est Tahiti ou juste quelques rayons de soleil qui se glissent à travers des volets.

Musee-Matisse-Le-Cateau-Henri-Matisse-Interieur-aux-Barres-de-Soleil©Intérieur aux barres de soleil, Nice, 22 et 23 octobre 1942, huile sur toile. Acquisition avec le concours du Fonds régional d’acquisition pour les musées, 1995

7. Parce que le musée Matisse nous fait découvrir Herbin, autre enfant du pays

Sur sa photo, qui trône en grand à l’entrée de « ses » salles, je ne l’ai pas trouvé trop engageant, ce M. Herbin. Et pourtant quelle belle découverte ! 

Musee-Matisse-Le-Cateau-photo-Auguste-Herbin

Né à Quiévy, village du Cambrésis, Auguste Herbin a, lui aussi, offert une large collection au Cateau, ville de son enfance. Et comme Matisse, il a cherché son chemin, entre courants et techniques. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Auguste-Herbin-Quai-du-port-de-Bastia©Quai du port de Bastia, 1907, huile sur toile. Collection particulière

Finalement, son truc à lui, ce sera l’abstraction géométrique. Il joue avec les couleurs, en les inscrivant dans des formes géométriques. Avec un joli talent pour créer de bluffants effets de profondeur.
Musee-Matisse-Le-Cateau-Auguste-Herbin-Mal©Mal, 1952, huile sur toile. Donation de l’artiste, 1956

Et invente un langage dans lequel lettres de l’alphabet, couleurs, notes de musique et même émotions sont en lien. Un peu compliqué à expliquer comme cela mais une visite au musée Matisse vous fera comprendre…
Musee-Matisse-Le-Cateau-Auguste-Herbin-Danseuse-Objet-Monumental-numero-Un©Danseuse Objet monumental n°1, mars 1919, huile sur toile, marouflée sur fond en bois peint

Musee-Matisse-Le-Cateau-Auguste-Herbin-Realite-Spirituelle©Réalité spirituelle, 1938, huile sur toile. Donation de l’artiste, 1956

Son chef d’œuvre ? Le vitrail monumental, intitulé Joie, dont le musée présente une réédition, l’original se trouvant toujours dans une école maternelle. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Auguste-Herbin-Vitrail

8. Parce qu’il nous ouvre des horizons
avec la donation Tériade

La collection Tériade, c’est l’histoire d’un rapprochement. Celui entre un musée et une femme, Alice Tériade, veuve de l’éditeur d’art d’origine grecque. Souhaitant rassembler en un seul lieu les œuvres offertes à son mari par Picasso, Giacometti, Chagall, Léger, Mirò et d’autres, elle poursuit la chaine de générosité initiée par Matisse et fait don de mille merveilles au territoire et à ses habitants. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-photo-Teriade

Du coup, le musée Matisse présente des livres illustrés par les plus grands maîtres du XXe. Ainsi que des gravures et tout un ensemble d’œuvres ayant appartenu à la collection personnelle des époux Tériade.

Je suis tombée en admiration devant Les Amoureux au bouquet de Chagall, une gouache peinte à Saint-Jean-Cap-Ferrat, sorte de double sur papier du jardin de la Villa Natacha. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Les-Amoureux-au-Bouquet-Marc-Chagall-donation-Alice-Teriade©Les Amoureux au bouquet, Marc Chagall, 1949, gouache sur papier. Donation Alice Tériade, 2000

J’ai admiré aussi ce Nu avec branche ou Le Roi de carte, deux huiles sur toile signées Fernand Léger, elles aussi propriété des époux Tériade. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Nu-avec-Branche-Fernand-Leger-Donation-Alice-Teriade©Nu avec branche, Fernand Léger, 1931, huile sur toile. Donation Alice Tériade, 2000

Musee-Matisse-Le-Cateau-Le Roi-de-Carte-Fernand-Leger-Donation-Alice-Teriade©Le Roi de Carte, Fernand Léger, 1927, huile sur toile. Donation Alice Tériade, 2000

Et puisqu’on célèbre cette année le 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, on  contemplera une sélection des Fables. Illustrées et rehaussées à la gouache par Marc Chagall, elles ont également été éditées par Tériade. 

Musee-Matisse-Le-Cateau-Fables-La-Fontaine-illustrees-par-Marc-Chagall-salle-Teriade-vue-ensemble

Musee-Matisse-Le-Cateau-Fables-La-Fontaine-illustrees-par-Marc-Chagall-salle-Teriade

9. Parce qu’on a encore toute l’année 2021
pour découvrir l’expo « Tout va bien monsieur Matisse »

Cent cinquante ans après sa naissance, comment Matisse est-il perçu aujourd’hui ? Est-il toujours inspirant pour les artistes contemporains ? Visionnaire et en avance sur son temps, a-t-il réussi à traverser les époques ? Voici quelques unes des questions que pose l’exposition « Tout va bien monsieur Matisse ». Grâce, si on peut dire, au Covid-19, elle est prolongée jusqu’au 31 décembre, anniversaire de la naissance du peintre.

Affiche-expo-Tout-va-bien-monsieur-Matisse-musee-Matisse-Le-Cateau

À ces questions, chacun des artistes invités répond à sa manière, avec son langage, ses références et sa sensibilité.

Ben, qui vit à Nice, à côté de là où vivait Matisse, y répond par l’une de ses célèbres « écritures ». 

Ben-Tout-va-tres-bien-M-Matisse

Mais aussi par ces clins d’œil humoristiques et très colorés, à la manière de…

Ben-Le-Matisse-du-Pauvre©Le Matisse du Pauvre, Ben, 2018 et 2015

Ben-Le-Matisse-du-Pauvre-deux

D’Italie et d’Islande, deux hommages colorés

L’Italien Marco del Re déploie, quant à lui, des œuvres flamboyantes, dont le lien avec l’univers de Matisse saute immédiatement aux yeux. 

Marco-Del-Re-Nature-morte-et-artichauts©Nature morte et artichauts, Marco Del Re, 2010, huile sur toile. Courtesy Galerie Maeght, Paris

Les couleurs éclatantes, les motifs textiles, les natures mortes, le bocal à poissons… rien que des références à notre homme du Nord que l’artiste romain adorait !

Marco-Del-Re-Saint-Paul-l-hiver©Saint-Paul l’hiver, Marco Del Re, 2014, huile sur toile. Courtesy Galerie Maeght, Paris

J’adore cet artiste original, malheureusement trop tôt disparu, en novembre 2019. Je pourrais passer des heures à scruter chacune de ses œuvres…

Marco-Del-Re-Allegorie-de-la-peinture-I©Allégorie de la peinture I, Marco Del Re, 2013, huile sur toile. Courtesy Galerie Maeght, Paris

Autre artiste, qui accorde une place particulière à l’enfant du Cateau dans sa démarche plastique, c’est l’Islandais Erró. Pour preuve, ce portrait de Matisse, qui indique à lui seul qu’il continue à inspirer au-delà de son époque.

Erro-portrait-de-Matisse©Portrait de Matisse, Erró, 1986, acrylique sur toile. Collection particulière

Et n’est-ce pas Matisse aussi, là à droite, avec chapeau et lunettes ? Oui, oui, c’est bien lui, dans ce Portrait des artistes aux airs de Comics américain, coloré et un brin impertinent. 

Erro-Portrait-des-artistes©Portraits des artistes, Erró, 2011, huile sur toile. Collection particulière, Courtesy Galerie Louis Carré & Cie, Paris

Impression sur cuir, tissu et acrylique

Autre époque, autre monde, autre style que ceux de Rania Werda. Également fan de Matisse, la Tunisienne de 37 ans célèbre l’artiste en affichant une position militante. Elle questionne l’identité de la femme tunisienne et dénonce sa représentation dans l’art, à la fois présente et invisible.

Rania-Werda-Sans-Titre©Sans titre, Rania Werda, 2015, gravure et impression sur cuir. Collection de l’artiste

Rania-Werda©Sans titre, Rania Werda, 2015, gravure et impression sur cuir, Collection de l’artiste

Même si ce post s’allonge, s’allonge, il me faut encore vous parler du travail du collectif KRM (elle est allemande, lui algérien), qui récupère des morceaux de tentes et de vêtements de Bedouins. Ils cousent ensemble ces fragments d’histoire pour en inventer une autre… qui parle de voyage. Une poétique histoire de tissu, qui aurait à coup sûr enchanté le père du Fauvisme…

KRM-Shergui©Shergui, KRM, 2019, textile, collection des artistes. Courtesy Galerie Castang Art Project, Perpignan

KRM-Zinebh

©Zinebh, KRM, 2017, textile, collection des artistes. Courtesy Galerie Castang Art Project, Perpignan

Et cette représentation de Tahiti, elle ne vous rappelle rien ? C’est l’hommage de Patrick Montagnac, ingénieur, pilote et… artiste sur le tard. Aimant admirer la terre d’en-haut, il propose, dans cette œuvre monumentale, une vision personnelle et abstraite d’un lieu fondateur pour Matisse. Tahiti, son bleu si bleu et son éternelle attraction.

Patrick-Montagnac-Tahiti©Tahiti, Patrick Montagnac, 2019, acrylique sur toile. Collection particulière photo Paul Wagner

Le musée Matisse en pratique

Musée Matisse
place du Commandant Richez
59360 Le Cateau-Cambrésis

Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10 h à 18 h

Jusqu’au 30 juin 2021, il est indispensable de réserver un créneau horaire, au 03 59 73 38 06.

Entrée 6 €, 4 € réduit, gratuit le 1er dimanche du mois, – 26 ans et détenteurs pass Dép’Art.

museematisse.fr

Découvrez aussi Musée des Beaux-Arts de Tournai : cinq bonnes raisons d’y passer une heure

 

4 Commentaire(s)

  1. Amoureux inconditionnel des toiles de Matisse, je me réjouis de visiter ce musée. Les couleurs, les lumières de ses peintures invitent tant à la rêverie…
    Belle continuation à vous
    Gérard D.

    • Annetomczak07 Répondre

      Vous avez raison Gérard. De plus, au musée Matisse, il n’y a pas que des Matisse à découvrir !

  2. Bel hommage à Matisse, coup de coeur pour les toiles de Marco Del Re. Les restrictions ont eu pour effet de retirer l’art de notre vie, cet article me rappelle à quel point il est important de s’évader devant des oeuvres.

    • Annetomczak07 Répondre

      Oui, la culture est utile et même indispensable dans la vie ! Notamment car “La beauté sauvera le monde”…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigate