Ça y est, mon jardin a enfilé des habits neufs !

Presque vingt ans, jour pour jour, que j’en rêvais. Et puis, fin octobre, trois jours de travaux ont transformé le rêve en réalité. D’énormes coupes dans ce qui était presque devenu une jungle. Un rideau de bambous prolongé. Une longue platebande qui serpente, pleine de promesses de fleurs et de jolies graminées. Et une pelouse toute neuve et toute belle. Cette fois, mon jardin a vraiment changé et, c’est bien simple, j’adore !

Pour le reste, mon jardin est bel et bien terminé. Et j’en suis RA-VIE ! Tellement contente que, les jours après le chantier, j’ai couru mille fois à la fenêtre du couloir ou à la baie vitrée de la cuisine pour admirer le résultat. 

Ça doit être mon ascendant astrologique en bélier qui fait ça. Je peux rêver d’un truc pendant vingt ans sans donner suite. Et puis un jour, bing, je décide que c’est le moment. Le moment de passer des intentions aux actes…

Mon-jardin-avant

Je me souviens très bien de ce moment. C’était fin août ou tout début septembre. Je faisais une Xième séance de jardinage, en pestant contre l’herbe toujours plus rare, les mauvaises herbes toujours plus présentes, l’hibiscus qui n’avait pas repris, le cornouiller à moitié mort et autres (petits) malheurs. 

Jardin-avant-cornouillet

Je pensais à toutes ces feuilles mortes qu’il faudrait à nouveau ramasser et évacuer à la déchetterie. À ces poires jamais mûres à point, qui passaient directement de fruits durs comme la pierre à fruits pourris. À cet hortensia, magnifique autrefois, et super minable aujourd’hui. Bref, j’étais assise dans l’herbe, un outil à la main, quand j’ai décidé d’un coup de tout reprendre à zéro. Et d’aménager un jardin qui me plaise vraiment et surtout qui soit facile d’entretien. 

Jardin-avant-poirier

La liste de mes envies

Cliente depuis plusieurs années de la société Jardins privés à Hellemmes, j’ai contacté Gautier Jude, le patron. Depuis le confinement, je parle du premier, l’homme est débordé. Il a toutefois trouvé un créneau, une dizaine de jours plus tard, pour venir dresser un état des lieux en même temps que la liste de mes envies…

Jardin-avant-hortensia

Le temps d’établir le devis et de discuter de quelques points, les choses sont allées très vite ensuite. Le 20 octobre dès potron-minet, trois jardiniers débarquaient avec armes et bagages dans mon jardin. Enfin, les choses sérieuses allaient commencer…

Jardin-coupe-lierre-nacelle

Oh la la, ce lierre !

Le tout premier boulot était de supprimer la jungle qui avait poussé au bout de mon jardin. Le lierre sur le mur du fond était carrément hors de contrôle. Idem pour la jolie vigne vierge, toute rouge en ces jours d’automne. Quant au cerisier (une variété qui ne donne pas de fruits, j’ai toujours de la chance 😡), il avait besoin d’un sacré élagage. D’autant qu’il penchait dangereusement du côté de mes voisins. 

Bref de gros travaux qui ont nécessité l’usage d’une nacelle… et pas mal de temps. Quelque chose comme une grosse demi-journée.

Jardin-coupe-lierre-avec-nacelle

Disparitions programmées

Pendant ce temps, le moment était venu de dire adieu à mon aubépine. Pendant longtemps, j’avais aimé cette aubépine, plantée au début des années 2000. Mais, de saison en saison, elle était devenue plus énorme et totalement hors de contrôle, elle aussi. Malgré des tailles régulières, ses branches, toujours plus épaisses, butaient dans le parasol et faisaient écran à la lumière.
J’ai donc décidé de la supprimer et de faire place nette pour ma future platebande… malgré un pincement au cœur.

Jardin-coupe-aubepine

Restait à retirer la souche du sol et je peux vous dire que cette opération n’a pas été la plus facile…

Deux autres arbres ont disparu pendant cette matinée commando : le poirier (je n’aime pas les poires et encore moins les poires ultra dures) et son voisin l’hibiscus, qui n’avait pas survécu au transplantage du printemps dernier.

Autant dire que le camion de Jardins Privés n’était pas assez grand pour contenir tous les verts à évacuer… 

Jardin-chargement-branches-camion

Dans la famille des bambous…

Côté bambous, il y avait du boulot aussi, à commencer par la pose d’une barrière anti-rhizome, évoquée depuis vingt ans et jamais réalisée. 

Barrieres-anti-bambous

Depuis plus d’un an, je cultivais avec amour un bambou prélevé dans l’immense jardin de mon frère. Un joli bambou à tiges noires, que j’avais planté dans un pot et qui avait énormément grandi au fil des mois. 

Jardin-avant-bambou-pot

Plutôt que de lui offrir un pot plus grand, j’ai décidé de le planter en pleine terre, dans le prolongement des bambous qui me séparent de mes voisins. Pour l’instant, il a l’air un peu seul, en retrait des autres. Mais d’ici deux ou trois ans, sûr qu’il fera partie intégrante du paravent vert, qui chuchote ses secrets dans le vent.

Grands-et-petit-bambou

Une nouvelle pelouse,
comme par magie

Ceci fait, l’équipe de Jardins privés s’est attaquée à un autre gros morceau : l’éradication de l’ancienne pelouse puis l’épandage de terre végétale. Vingt ans durant, j’ai pesté contre cette pelouse très inégale, bien drue à certains endroits et rachitique à d’autres. Au point qu’au fond du jardin je tondais, non pas de l’herbe, mais d’immenses plaques de terre…

C’est donc avec soulagement que j’ai vu mon ancienne pelouse disparaître. Et avec une grande joie que j’ai observé l’arrivée des rouleaux de gazon…

De magnifiques rouleaux, comme des petits tapis, que les jardiniers ont déroulé avec un zeste de magie… Au deuxième jour du chantier, mon jardin avait déjà radicalement changé de mine !

Après un nivelage, un compactage et un premier arrosage, la nouvelle pelouse était prête à prendre racine…

Petit jardin fruitier

Il était alors temps de s’occuper de la platebande, appelée à courir tout le long du mur. La nouvelle pelouse a été soigneusement découpée, tandis qu’une bordure Ecolat a été posée. Ce de manière à dessiner une sorte de gracieuse vague, donnant du rythme au jardin.

Au préalable, mon dernier groseillier, rescapé des années 2000, a été sorti de terre et replanté au bout de la platebande. Un second groseillier tout neuf a été installé à côté, histoire de créer un minuscule jardin fruitier. Hâte de cueillir les groseilles pour faire un délicieux crumble (avec de la poudre d’amandes, c’est meilleur…).

Jardin-plantations-suite

Ilex et graminées

Côté plantations, j’ai opté pour un mélange de graminées, de vivaces et de fleurs. Pour l’instant, les stars de mon jardin sont trois ilex crenata en boule, de 30, 40 et 50 cm de diamètre. On dirait des buis mais ce ne sont pas des buis. L’avantage de ces ilex crenata ? Ils résistent à la pyrale du buis, qui a décimé trop de ces charmants arbustes. Et c’est la raison pour laquelle Gautier de Jardins privés me les a conseillés. 

Jardin-plantations

Sinon, côté graminées, j’ai opté pour des carex cormans, dont je vais devoir peigner les denses touffes, et des miscanthus sinensis, aussi appelés roseaux de Chine. Pour compléter, il y aura des panicum virgatum Dallas Blue, au feuillage bleu métallique, et des penniselum villosum, qui auront des épis duveteux, un peu comme des plumes. 

Bordure-buis-bis

Des kilos d’ardoises

Enfin, côté fleurs, j’ai choisi des lavandes, des gauras blancs, des plants de verveine de Buenos Aires et plein de têtes d’ail, blanches et mauves. Ah oui, aussi quelques plants de lysimachia clethroides blanches, de jolies fleurs regroupées en grappes pendantes, découvertes au jardin des Récollets à Cassel. Pour l’instant, il faut avoir une certaine imagination pour se représenter le résultat final. Mais d’ici quelques mois, ce jardin miniature devrait être superbe…

fleurs

Après la plantation de ces différentes variétés, restait à répartir les centaines de kilos d’ardoises sur la platebande. Je trouve cela super joli mais aussi super utile puisque ces ardoises empêcheront les mauvaises herbes d’envahir le sol.

pose-ardoise

Le même couvre-sol a été posé autour du petit banc, dont l’espace a été délimité par une série de pavés récupérés ailleurs dans le jardin.

Jardin-avec-banc

Ravie, ravie, ravie !

Voilà, c’est fini. Il restera à rejointoyer le mur au-dessus du lierre en triangle, rabattu d’un petit mètre. Et aussi à changer le support en bois de la glycine, qui a elle aussi fait l’objet d’une sérieuse taille. Deux petits chantiers à prévoir avant le printemps… si le confinement le permet.

Nouveau-jardin-grand-angle

Jardin-grand-angle

Pour le reste, mon jardin est bel et bien terminé. Et j’en suis RA-VIE ! Tellement contente que, les jours après le chantier, j’ai couru mille fois à la fenêtre du couloir ou à la baie vitrée de la cuisine pour admirer le résultat. Il y a vingt ans que j’attendais, aujourd’hui je savoure !

Puis au fil des mois…

J’ajoute ce petit paragraphe et surtout cette série de photos pour vous montrer comment les choses ont évolué et ce qui a fleuri au fil des mois dans la plate-bande de mon petit jardin. Alors, vous aimez ?

Jardins privés en pratique

3 rue du Docteur Huart, 59260 Lille-Hellemmes

06 98 33 27 91

jardinsprives.com

La facture totale des travaux s’est élevée à 5 300 €.

À découvrir aussi Ma maison au nord, je vous raconte tout…

11 Commentaire(s)

  1. Quelle belle ambiance côté jardin! Bravo pour ces travaux qui ajoutent une touche d’exception à ta demeure Plus au Nord <3

    • Annetomczak07 Répondre

      Merci Camille ! Depuis le temps que j’attendais… il faut parfois savoir se faire un cadeau !

  2. Un magnifique petit jardin zen situé tout près de chez nous.
    Idéal pour s’y asseoir et méditer.

    • Annetomczak07 Répondre

      Tu es le bienvenu, quand tu veux, pour t’y asseoir et y méditer. Ou alors pour boire une bière ensemble, c’est bien aussi…

  3. OH la la!!!! depuis le temps que nous l’attendions, ce jardin devenu superbe et original!
    Vivement que nous puissions l’admirer!!!! Il n’a rien perdu de son charme d’antan !!
    nous attendons la floraison ??!!!

    • Annetomczak07 Répondre

      Merci Béa pour ce gentil commentaire sur mon nouveau jardin. A bientôt pour y prendre l’apéro entre amis, lors d’un de ces moments de convivialité qui nous manquent tant…

  4. La société Jardins Privés disposerait-elle de suffisamment de jardiniers pour s’attaquer à mon jardin ?
    Pas sûr que 3 suffisent…!

    • Annetomczak07 Répondre

      Ha ha ha, en effet trois jardiniers ne suffiront pas ! Mais de toute façon, tu préfères tout faire toi-même, non ? C’est ta bulle d’oxygène à toi…

  5. C’est vrai. Cependant j’accepte volontiers l’aide de mon épouse ou de l’un des enfants ! (ils ne se battent pas pour aider au jardin !!!)
    A aussi, pour mon anniversaire (aujourd’hui même), j’ai reçu une dévidoir sur roues pour tuyau d’arrosage…
    Ton frérot

    • Annetomczak07 Répondre

      Merci, merci ! Mais reste-t-il de la place dans mon petit jardin ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigate