À Bruges, le musée Gruuthuse raconte des siècles de vie et d’art

En travaux pendant cinq ans, il vient de rouvrir ses portes. Le musée Gruuthuse de Bruges est un magnifique palais, construit par le seigneur Louis de Gruuthuse, éminent personnage du XVe siècle. Il raconte l’époque d’or des ducs de Bourgogne puis poursuit le récit jusqu’à la ville néo-gothique du XIXe. Une visite comme une grande leçon d’histoire, un peu barbante sur les bords ? Pas du tout ! Ce palais est comme une grande maison, pleine d’objets d’art mais aussi d’objets de la vie quotidienne. On y sent battre le cœur d’une cité qui, depuis le Moyen Âge, n’a de cesse de cultiver beauté et raffinement…

La devise de Louis de Gruuthuse ? « Plus est en vous », à comprendre dans le sens de « Surpassez-vous ». Une devise d’excellence que j’aime beaucoup et qui colle parfaitement à cette époque d’élégance et d’expansion. 

 

Avant même d’entrer au musée Gruuthuse, c’est un peu LE sujet du jour. Que penser du pavillon contemporain, construit entre le musée et l’église Notre-Dame (Onze-Lieve-Vrouwekerk en flamand), où on achète les billets pour les deux sites mais aussi pour les autres sites de Musea Brugge ?

Bruges-musee-Gruuthus-pavillon-contemporain-accueil-billetterie

 J’adore…

Perso, j’aime vraiment beaucoup. Très contemporain certes mais sobre et neutre, assez en tout cas pour jouer la discrétion au milieu de ces vieilles pierres précieuses.

L’autre avantage de ce pavillon est qu’il ferme la cour intérieure, qui retrouve ainsi le côté privé qu’elle avait autrefois. Bref, moi j’adore.

Bruges-musee-Gruuthus-cour-eglise

À l’intérieur de la cour, on découvre le palais dans toute sa splendeur. Un hôtel particulier refaçonné au XIXe siècle dans un style néo-gothique, mais qui conserve de nombreux éléments d’origine. Tout a été réaménagé, à l’ombre du clocher de l’église Notre-Dame.

Bruges-musee-Gruuthus-vue-batiment

Bruges-musee-Gruuthus-porche

Avec une jolie vue sur le canal, qui ajoute au romantisme des lieux.

Bruges-musee-Gruuthus-vue-canal

Louis de qui ?

Maintenant qu’on a fait le tour de la cour, il est temps d’entrer dans ce palais urbain, dont on découvre immédiatement la magnificence. Plafond en bois sculpté, balcon orné de lions, tapisserie murale… malgré les travaux successifs, l’entrée en dit déjà long sur le seigneur Louis de Gruuthuse, un temps au service des ducs de Bourgogne.

Bruges-musee-Gruuthus-porte-entree

Bruges-musee-Gruuthus-entree-

Bruges-musee-Gruuthus-lions-entree

On entre dans la première salle du musée Gruuthuse et le voici ce Louis de Gruuthuse, représenté sur un portrait réalisé en 1480. Pas très avenant le bonhomme ? Pourtant, il avait quelques raisons d’être satisfait de son sort ! Homme d’affaires, diplomate, chevalier et amateur d’art éclairé, il appartenait à une famille disposant du monopole commercial sur le gruut, ingrédient de base dans la fabrication de la bière. Pas trop à plaindre donc ce cher Louis ! 

Bruges-musee-Gruuthus-portrait-louis-gruuthus

C’est son père qui avait construit ce bel hôtel particulier, vers 1425. Mais c’est lui qui l’a agrandi et l’a transformé en un noble palais, dont on voit ici la maquette.

Bruges-musee-Gruuthus-porte-premiere-salle

Une collection de six cents pièces !

En ce temps des ducs de Bourgogne, Bruges vit son âge d’or et rien n’est trop beau pour qui a les moyens et aime l’art. La devise de Louis de Gruuthuse ? « Plus est en vous », à comprendre dans le sens de « Surpassez-vous ». Une devise d’excellence que j’aime beaucoup et qui colle parfaitement à cette époque d’élégance et d’expansion. 

Bruges-musee-Gruuthus-premiere-salle-photo-sarah-bauwens

©Sarah Bauwens

Ce siècle d’or bourguignon est au cœur des premières salles du musée Gruuthuse. On remonte le temps et, au fil du parcours, on découvre une collection riche et fascinante (600 pièces pour tout le musée, dont certaines acquises récemment). Tapisseries, meubles, porcelaines, vitraux, peintures, sculptures… Artisans et artistes ont poussé loin la recherche du raffinement, soutenus par de riches mécènes.

Bruges-musee-Gruuthus-ducs-de-Bourgogne

Bruges-musee-Gruuthus-fenetre-avec-plomb

Bruges-musee-Gruuthus-marie-de-bourgogne

Ce tableau intitulé Les Sept Merveilles de Bruges, réalisé par Pieter Claeissens vers 1550/1560, le prouve. À l’époque, Bruges brille déjà par son architecture et ses bâtiments d’une grande richesse. 

Bruges-musee-Gruuthuse-photo-hugo-Maertens

©Bruges collection privée

Et que dire de ce somptueux manuscrit enluminé réalisé par un célèbre copiste du temps des ducs de Bourgogne ? Louis de Gruuthuse possèdait une importante bibliothèque, qui asseyait son prestige et montrait son rang…
À noter d’ailleurs que, tous les trois mois, le musée Gruuthuse présentera d’autres manuscrits. Dans l’intérêt des visiteurs… et aussi des manuscrits ! 

Bruges-musee-Gruuthus-manuscrit

Le luxe des maisons particulières

Mais le musée Gruuthuse ne se contente pas de rappeler le contexte politique et économique de l’époque bourguignonne. Il s’attarde aussi sur le luxe qui régnait en ce temps-là dans les maisons particulières, en présentant des objets de la vie quotidienne. Bijoux, flacons, jouets, coffres, vaisselle…

Bruges-musee-Gruuthus-gobelets

Bruges-musee-Gruuthus-belle-vaisselle

Je ne sais plus trop dans quelle salle j’ai photographié cette chaussure. Mais cette godasse qui a traversé les siècles, après avoir foulé le pavé brugeois, m’a beaucoup émue. Ah si elle pouvait parler…

Bruges-musee-Gruuthus-chaussure

Dans un autre genre, l’ancienne cuisine, avec sa cheminée monumentale, fait également partie des éléments authentiques du palais. C’est qu’on a dû y mitonner de bons plats ici !

Bruges-musee-Gruuthus-cheminee-monumentale

Un petit mot aussi de l’oratoire de Louis de Gruuthuse, édifié vers 1472. Un joyau médiéval, très joliment restauré lors des récents travaux. Une loge VIP en quelque sorte pour assister aux offices dans l’église Notre-Dame voisine, sans se mêler au petit peuple.

Bruges-musee-Gruuthus-oratoire-photo-sarah-bauwens

©Musea Brugge

Bruges-musee-Gruuthus-photo-vue-eglise-de-oratoire

En provenance du Nouveau Monde

À l’étage supérieur du musée Gruuthuse, place à la Bruges des XVIIe et XVIIIe siècles. Métropole commerciale européenne depuis le Moyen Âge, la cité s’ouvre de nouvelles voies navigables et voit arriver de nouveaux produits.

Bruges-musee-Gruuthus-salle-bateau-photo-sarah-bauwens

©Sarah Bauwens

Café, thé, tabac, chocolat arrivent du Nouveau Monde, comme le rappelle une salle très sensorielle, où on découvre avec… son nez.

Bruges-musee-Gruuthus-pot-a-tabac

Mais le XVIIe est aussi l’époque de l’art baroque, né de la Contre-Réforme et de la lutte contre le protestantisme. Rien n’est trop beau pour l’Église catholique qui veut ramener les brebis égarées et montrer sa suprématie.

Bruges-musee-Gruuthus-salle-objets-religieux

Comme au rez-de-chaussée, ce sont les salles consacrées à la vie quotidienne qui m’ont le plus intéressée. Vaisselle, argenterie, dentelles (forcément, on est à Bruges !) et vêtements d’époque font du musée Gruuthuse un lieu vivant et facilement lisible. 

Bruges-musee-Gruuthus-habits

Bruges-musee-Gruuthus-vetements

Avec un petit plus, le rayon perruques… mis à disposition des visiteurs. Ce qui a bien amusé mon collègue Harry de la très sérieuse Gazette de l’hôtel Drouot !

Bruges-musee-Gruuthus-perruques

Bruges-musee-Gruuthus-Harry-avec-perruque

Continuer l’histoire

À voir aussi, la salle du nouveau musée Gruuthuse consacrée à l’artisanat et aux corporations au travail. Tapisserie, travail du bois, du cuir, fondeurs de cloches… Bruges, c’est aussi une kyrielle de savoir-faire.

Bruges-musee-Gruuthus-cuir-Cordoue

Après la partie consacrée à la redécouverte de Bruges et la ville néo-gothique, la dernière étape du parcours conduit sous les toits. Là, le musée Gruuthuse offre un espace à des projets participatifs et notamment à de jeunes artistes. Une manière de continuer l’histoire et d’ouvrir grand les portes de ce palais, naguère réservé au seul plaisir des seigneurs de Gruuthuse. 

Bruges-musee-Gruuthus-grenier

Et pour finir, voici la vue offerte sur la terrasse de l’étage supérieur. De paisibles jardins, l’église, le pont Saint-Boniface.  Avec, en prime ce jour-là, un vrai ciel flamand. Comme une ultime parenthèse de beauté offerte par le musée Gruuthuse

Bruges-musee-Gruuthus-vue-de-laterrasse

Bruges-musee-Gruuthus-vue-sous-voute-terrasse

Le musée Gruuthuse en pratique

Bruges-musee-Gruuthus--personnage-cheminee

Dijver 17C, Bruges

Ouvert du mardi au dimanche, de 9 h 30 à 17 h.  Fermé le lundi

Ouvert les 24 et 31 décembre (jusqu’à 16 h). Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

Entrée 12 € , 10 € 18/25 ans et + 65 ans, gratuit – 18 ans. Audio-guide gratuit

Billet combiné musée Gruuthuse et église Onze-Lieve-Vrouwekerk 14 €.

Guide/livre du visiteur en Français, éditions Ludion, 12 €.

Bruges-musee-Gruuthus-detailPour les mal-voyants et les non-voyants, des bornes permettent de toucher matériaux et répliques d’objets.

Pour les non-entendants et les mal-entendants, un visioguide en langage des signes international est disponible.

www.museabrugge.be (site en français)

J’ai été invitée par #visitflanders. Merci à eux. 

 

 

Découvrez aussi une adresse de charme pour passer la nuit
 Maison Amodio B&B : à Bruges comme chez vous

 

Laisser un commentaire

Navigate