Que faire à Bruges ? Trois visites pour découvrir cette perle de ville

Bruges, on peut y aller juste pour flâner. Avec ses élégantes façades, ses ruelles pavées, ses petits ponts, ses ciels changeants, son charme est sans limites, presque irréel. Depuis des siècles, elle s’étourdit d’ailleurs de sa propre beauté en se mirant dans les canaux du  centre. Mais que vous y séjourniez une journée ou plus, vous aurez peut-être envie, à un moment, de faire plus ample connaissance avec la belle. Voici trois idées de visites que j’ai testées pour vous par un temps spécialement glacial…

Mais toute cette vie s’arrête une fois passée la porte du Béguinage. A l’intérieur, c’est le calme absolu, la sérénité totale…

1. À l’Historium, se promener dans le passé

Tout ici nous le rappelle. Les pignons à redents, le Markt, le Burg… Bruges est une vraie cité médiévale, qui a connu son âge d’or au XVe siècle. C’était alors l’une des plus importantes villes d’Europe, deux fois plus peuplée qu’aujourd’hui, une métropole grouillante connue pour ses produits de luxe. Laine, bijoux, fourrures, oeuvres d’art partaient d’ici ou transitaient par son port international.

Historium de Bruges Belgique - façade

Votre esprit s’égare et vous vous demandez à quoi pouvait bien ressembler ce Bruges médiéval, du temps de son fabuleux passé. Ne rêvez plus et venez plutôt passer une petite heure à l’Historium, cette attraction installée sur le Markt.

Je vous fais peur en parlant d’Historium ? Mais non. Ne craignez rien. Pas de leçon casse-pied ici. Même les enfants vont adorer. Surtout si vous leur offrez, en plus, l’expérience de réalié virtuelle.Historium de Bruges Belgique - entrée

La bonne idée de l’Historium ? Bâtir sa scénographie autour d’une jeune fille aux cheveux d’or, Anna. Elle s’affiche discrètement sur la façade, puis trône, immense, dans le hall d’entrée. Avant d’être le personnage central de l’histoire. Une histoire d’amour (forcément, dans la ville du romantisme !) entre Anna, modèle du peintre Jan Van Eyck pour son tableau « La Vierge au chanoine Van der Paele », et Jacob, son apprenti.

Historium de Bruges Belgique - reproduction du tableau La Vierge au chanoine Van der Paele de Jan Van Eyck

Grâce à des images de cinéma et divers effets spéciaux, on plonge littéralement dans la Bruges de 1435. C’est ludique et innovant, tout en respectant scrupuleusement la vérité historique.

Historium de Bruges Belgique - dans l'attraction

Un « aftershow », sorte de mini-musée, complète la leçon sur le Moyen-âge brugeois. Tandis qu’une sortie sur le balcon offre une très jolie vue sur le Markt et ses jolies façades.Historium Bruges Belgique - aftershow ou mini-musée

Une bonne idée donc, surtout avec les enfants, dommage que le prix soit aussi élevé. De plus, l’expérience de réalité virtuelle en 4D, proposée au rez-de-chaussée, n’est pas comprise dans le tarif de base.

Expérience immersive qui complète pourtant bien le parcours de l’Historium et a un côté vraiment bluffant. La preuve ? Installée dans une barque passant sous la Waterhalle, je tends une main. Et là, au secours, je vois un bras poilu, avec de grosses veines mais sans mes bagues…

2. Grimper tout en haut du beffroi

C’est le genre que chose qu’on ne pense pas toujours à faire. Pourtant, à Bruges comme ailleurs, grimper tout en haut du beffroi est vraiment une belle expérience ! Je l’ai fait, pour la deuxième fois, lors de mon séjour avec Odile. A presque 17 ans,  pas le genre à m’opposer un « trop fatigant », « trop haut » ni même « trop froid ». Il faisait pourtant un petit temps bien glacial, genre -3° à 14 h, quand nous nous sommes présentées au pied de la tour communale.

Beffroi de Bruges Belgique - coupe du monument à l'intérieur

 

Là aussi, je trouve le prix d’accès un peu exagéré… 12 € pour les adultes et 10 € pour les jeunes, cela fait cher pour une simple montée… sans ascenseur.

Mais une fois passé le mauvais moment à la caisse, à vous la découverte !

 

 

Beffroi de Bruges Belgique - cloches

Le beffroi de Bruges, 83 mètres de haut, compte très exactement 366 marches. Bien larges au départ, elles sont de plus en plus étroites à mesure qu’on grimpe. Ceux qui descendent ayant priorité sur ceux qui montent, l’ascension peut prendre un certain temps ! Mais j’avoue que cela m’a bien arrangé puisque chaque micro arrêt est l’occasion de souffler un peu. J’ai beau travailler (assez) régulièrement ma cardio dans une salle de fitness, ça monte quand même bien raide !

Outre ces arrêts forcés, plusieurs paliers offrent aussi des occasions de faire une pause. Il y a notamment la salle médiévale du trésor et celle du tambour, où on apprend plein de choses sur le carillon. Par exemple quelles sont les petites mélodies jouées chaque quart d’heure par les 47 cloches.

Beffroi de Bruges Belgique - vue panoramique du sommet

Tout en haut, quelle merveille ! Tout Bruges s’offre à nos yeux, comme un village de poupées. On localise facilement les différents monuments vus ou visités et on admire de haut les jolies maisons à pignon à redents.

Pas plus que pendant la montée je n’ai eu le vertige, les ouvertures étant grillagées. Juste de quoi coller son smartphone pour immortaliser la vue. Mais alors quel vent et quel froid là-haut !

3. Le béguinage pour trouver la paix

Pas question de quitter Bruges sans pousser jusqu’au Béguinage, à un gros kilomètres du Markt. Juste de quoi faire une promenade dans le centre et/ou un peu de lèche-vitrine dans Steenstraat (plutôt boutiques de fringues) puis Katelijnestraat (plutôt chocolats, bières…)

Calèches à Bruges Belgique

Le Béguinage, c’est l’un des endroits les plus touristiques de Bruges, vous le constaterez immédiatement. C’est l’un des points de ralliement des chevaux tirant calèche (comptez 50 € la balade d’une demi-heure). C’est aussi une concentration de petits restos et cafés, certains vraiment sympas avec leur cheminée feu de bois. Sur le petit pont, juste avant l’entrée, les cygnes qui batifolent sont mis en boîte par des millions de smartphones !

Béguinage de Bruges Belgique - entrée avec panneau silence

Mais toute cette vie s’arrête une fois passée la porte du Béguinage. A l’intérieur, c’est le calme absolu, la sérénité totale. Avec un peu de chance, vous verrez les bénédictines, des religieuses de l’Ordre de saint Benoît. Elles ont remplacé les béguines et vivent désormais dans les maisonnettes blanches, autour du jardin. Si vous venez l’après-midi, à l’heure des vêpres, vous les verrez se pressant vers l’église.

Béguinage de Bruges Belgique - entrée maison béguinale

Et si la vie des béguines vous intéresse, visitez le minuscule musée situé à gauche de l’entrée. C’est une maison béguinale du XVIIe siècle. Son poêle de Louvain, son lit à baldaquin, tout est resté en l’état…

Que faire à Bruges en pratique

Historium

Historium de Bruges Belgique - afershow  Situé sur le Markt 1.
Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h.
Entrée : 14 € adultes (17,50 € avec l’expérience de réalité virtuelle), 10 € étudiants, 7,50 € 3/12 ans, 38 € le Pass famille (2 adultes + 2 enfants).
Expérience de réalité virtuelle seule, 6 €.
Tél. 00 32 50 27 03 11.
www.historium.be
À mon avis, ne convient pas aux enfants de moins de 4/5 ans.

Historium et musée Groeninge

Pour voir la véritable Vierge au chanoine Joris van der Paele de Jan van Eyck, c’est au musée Groeninge que cela se passe.
Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 9 h 30 à 17 h.
Un billet combiné Historium/musée Groeninge est en vente au prix de 22 €, mais uniquement à l’Historium.

Beffroi

Beffroi Bruges Belgique - au sommet par temps très froid  Situé Markt, 7, Bruges.
Tél. 00 32 50 44 87 43.
www.museabrugge.be
Il est ouvert tous les jours, de 9 h 30 à 18 h, dernière montée à 17 h.
12 € adultes, 10 € + 65 ans et 6/25 ans, gratuit – 6 ans.

 

Béguinage

Entrée au Béguinage gratuite,  ouvert tous les jours de 6 h 30 à 18 h 30.
Entrée à la Maison béguinale, 2 € adultes, 1,50 € + 65 ans, enfants 8/12 ans 1 €. Ouverte tous les jours de 10 h à 17 h.
www.monasteria.org

Se renseigner

www.visitbruges.be

Un pass m’a été offert par Visit Bruges pour tester un maximum de choses pendant mon séjour.

Découvrez aussi Trois lieux poétiques pour vivre la côte belge en mode nostalgie

 

 

6 Commentaire(s)

  1. merci ça donne envie de visiter le musée ! le beffroi par contre c’est cher effectivement….

    • Annetomczak07 Répondre

      Je suis souvent étonnée des prix pratiqués dans le domaine des loisirs. Je ne sais pas si ceux qui fixent ces prix se mettent à la place des familles… De plus, lors d’une escapade, les visites ne représentent qu’une (petite) partie du budget. Ceci étant, pour le beffroi de Bruges, ces tarifs sont peut-être aussi une façon d’avoir moins de monde dans ce monument qui ne supporte pas les foules…

  2. Bruges ! Tu me donnes furieusement envie d’y retourner flaner ce week-end et peut-être voir pointer les jonquilles dans le jardin des Beguines.
    Mais cette fois je prendrai mon courge à deux mains pour gravir le beffroi

    • Annetomczak07 Répondre

      Donner furieusement envie ? C’est un peu mon nouveau métier ! Merci Agnès mais il parait qu’on aura de la neige ce week-end. Ceci étant, le Béguinage sous la neige, cela peut être superbe…

  3. Les 2 derniers sont des classiques. Le béguinage vaut vraiment la peine (surtout au printemps avec toutes les fleurs au pied des arbres). Le beffroi, je suis moins fan. Par contre, l’historium, c’est top. Et idéal avec des enfants.

    • Annetomczak07 Répondre

      Merci Christophe de partager votre avis ici ! C’est toujours intéressant de savoir ce que les autres pensent des visites qu’on propose…

Laisser un commentaire

Navigate