Petit Journal d’une confinée, jours 6 et 7 : dingue, c’est le printemps !

Une semaine aujourd’hui que les cafés et restos ont fermé. Une semaine lundi que les enfants ne vont plus à l’école. Plus d’une semaine que nous ne sommes (presque) pas sortis. Et pourtant, dehors, la vie continue. Dans le jardin, les bourgeons grossissent presqu’aussi vite que moi… Tandis qu’aux alentours, magnolias, cerisiers ou forsythias forment d’énormes bouquets de fleurs. Dingue, mais c’est le printemps !

On a trois plaquettes de beurre d’avance, quatre gels douche, quatre tubes de dentifrice, assez de PQ pour toute l’armée romaine souffrant d’une diarrhée, dix pots de confiture, plusieurs fromages, des plats cuisinés, des kilos de viande et j’en passe et Éric veut aller faire des courses !

Jour 6, vendredi 20 mars

Il parait que c’est le printemps mais dehors c’est plutôt l’hiver. Ambiance grise et tristounette et petit crachin, pas sympa le ciel de nous imposer cela, en plus de tout le reste ! 

Je me console en me disant que j’ai une grosse journée de boulot devant moi et que, de toute façon, je ne sortirai (presque) pas de mon bureau. C’est mon dernier boulot encore sur la planche, pas question de le bâcler…

Vieux comme Mathusalem

Confinement-quatre-congelateur-ouvert Au rez-de-chaussée, Éric fait de la soupe avec tous les légumes achetés sur le site lecourtcircuit.fr  et récupérés par une belle journée de printemps.

Une fois sa soupe finie, il la met dans le congélateur que nous avons installé dans l’atelier, un lieu dont je vous reparlerai un jour… C’est un congélateur en plus de celui de la cuisine, exhumé de la cave, vieux comme Mathusalem. Payé par ma défunte grand-mère en 1995, je l’avais utilisé au moment des grandes visites à la maison. Depuis, il dormait dans la cave, complètement inutile.

Confinement-quatre-tiroir-congelateurMais à période exceptionnelle, décision exceptionnelle. Vu les quantités stockées dans le congel de la cuisine, on s’est dit que ce serait bien de le remettre en route, au moins pour y conserver la soupe. 

Le remettre en marche, OK. Mais pas dans la cave. Sait-on jamais, il est si vieux ! Un mauvais fonctionnement, un court-circuit… que sais-je ? Pas envie qu’il mette le feu à la maison. Du coup, le voici, trônant et ronronnant mieux que le chat, près de la porte de l’atelier.

J’habite chez mon chat…

Confinement-quatre-chat-reveille

Le chat justement, parlons-en. C’est le plus heureux des hommes. Enfin je veux dire des félidés. Pas perturbé pour un sou par le confinement. Juste un peu intrigué que deux bipèdes habitent désormais chez lui à plein temps. Le matin, il (ou plutôt elle) se confine dans un fauteuil du salon. Et tant pis si le printemps l’appelle dans le jardin… Et que papa et maman n’arrêtent pas de bosser…

Confinement-quatre-chat-endormi

Tandis que le soir, Dame Nouth prend ses aises, devant la cheminée, sur le tapis, dont elle n’oublie jamais de tirer quelques fils. Le tapis est neuf, c’est beaucoup plus rigolo…

Confinement-quatre-chat-devant-feu-cheminee

Tout en déjeunant, Éric m’a proposé de sortir faire quelques courses. J’ai cru ne pas bien entendre. On a fait des réserves pour plus de 350 € il y a deux ou trois jours. On n’est que deux à table. On a trois plaquettes de beurre d’avance, quatre gels douche, quatre tubes de dentifrice, assez de PQ pour toute l’armée romaine souffrant d’une diarrhée, dix pots de confiture, plusieurs fromages, des plats cuisinés, des kilos de viande et j’en passe et Éric veut aller faire des courses ! Je l’invite à faire plutôt un bon jus à l’extracteur et je lui rappelle le montant des amendes pour sorties inutiles…

Confinement-quatre-jus-extracteur

Dis-moi ce qu’il y a dans tes réserves, je te dirai…

Bon, en parlant de réserves, il y en a un au moins pour qui je n’ai aucune crainte. C’est mon frère Vincent. C’est le spécialiste intersidéral des réserves alimentaires. Son garde-manger (c’est déjà un signe d’avoir un garde-manger, non ?) ressemble comme deux gouttes d’eau aux réserves de nos copines Stéphanie et Véronique, qui tiennent le Cocci Market de Saint-André. Bon d’accord, chez Vincent, ils sont cinq à table, surtout en ce moment où tout le monde mange à la maison. Mais quand même, Vincent est le seul être vivant à mettre 20 pots de Nutella, 50 briques de jus d’orange et 80 litres de lait dans le même chariot de courses. Et cela depuis toujours. 

Confinement-quatre-reserves-alimentaires

On s’en amusait encore, hier soir, lors d’une conversation (au téléphone, évidemment !) avec Rachel, ma belle-sœur préférée. Du coup, elle m’a proposé de m’envoyer une photo de leur garde-manger et de leur frigo. Car elle aussi, suit désormais ce Petit Journal d’une confinée et a ainsi proposé d’apporter sa pierre à mon édifice. Merciiii !

Drôle d’époque !

N’empêche, on vit quand même une drôle d’époque ! Presque chaque soir, quand je téléphone à l’un, l’une ou l’autre, on parle de nos réserves de bouffe respectives. Avant, je racontais mes escapades, mes visites et mes projets. Aujourd’hui je spécule sur le nombre de jours de saucisson et de légumes qu’il nous reste…

Confinement-quatre-frigo-rempli

Jour 7, samedi 21 mars

Il est midi et j’ai enfin terminé le gros dossier qui m’a demandé plus de deux mois de travail. Va falloir fêter cela ce soir, à l’heure de l’apéro. 

Cet après-midi, j’écris donc pour ce Petit Journal, tandis qu’Éric a proposé (ne jamais dire non en pareil cas…) de travailler dans le jardin. Je le vois à l’instant, perché dans un arbre, en train de faire sa coupe de printemps à l’aubépine.
Oui, mon amoureux se révèle chaque jour davantage une petite perle. Ainsi, à part une sombre histoire de casserole et de vapeur qui dégoulinait sur le mur de la cuisine et a bien failli mettre le feu aux poudres entre nous, notre cohabitation se passe à merveille. Oui, je sais, le confinement ne fait que commencer. Alors, affaire à suivre…

Confinement-quatre-printemps-taille-arbre

Un bol d’air
pour respirer le printemps

Quand j’aurai posté cet article, on ira faire notre petit tour quotidien (sauf hier, où le temps était vraiment trop mauvais). On a désormais notre circuit, toujours aux alentours. D’abord, le petit chemin dont je vous parlais l’autre jour. Ensuite, le bord de Deûle, situé à deux pas de la maison. Là, on s’est installé quelques minutes sur un tronc d’arbre, le temps de faire cette photo et de regarder les joggers passer. Nous aussi, on a envie de s’y remetttre. Sans doute, la semaine prochaine. Je vous raconterai, ça va être quelque chose…

Confinement-quatre-printemps-bords-de-Deule

Bon dimanche et à bientôt !

Au retour, on a fait le tour d’un petit square, situé entre les bords de Deûle et la maison. Vous me croirez ou pas mais cela fait 20 ans que j’habite là et jamais je n’y étais encore rentrée. C’est vrai aussi que je n’ai ni enfants ni chien. Juste Dame Nouth qui préfère se promener toute seule. Pourtant, il est tout à fait charmant ce petit square, non ?

Confinement-quatre-printemps-bords-de-Deule

Allez, c’est tout pour aujourd’hui, les amis. Passez un bon dimanche. Portez-vous bien. Et rendez-vous la semaine prochaine pour d’autres micro aventures. 💚

Découvrez aussi
Petit Journal d’une confinée, jours 4 et 5 : merci Le Court Circuit !

2 Commentaire(s)

    • Annetomczak07 Répondre

      Je n’y avais pas pensé, mais oui peut-être. Comme dit Rachel, en ce moment c’est à peine pire que d’habitude !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigate